Rassemblement du 1er mai

Le Réseau Vigilance Lanaudière appelle à la mobilisation

22 avril 2015

Le 1er mai, les organisations syndicales et les organisations communautaires et populaires de la région organisent un grand rassemblement dans le cadre de la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs.
Partager
Région
  • Lanaudière
Source
Conseil central de Lanaudière (CCL–CSN)

Le 1er mai, les organisations syndicales et les organisations communautaires et populaires de la région organisent un grand rassemblement dans le cadre de la Journée internationale des travailleuses et des travailleurs.

Rappelons que la Fête des travailleuses et des travailleurs tire son origine des combats du mouvement ouvrier de la fin du 19e siècle. À cette époque, les syndicats américains revendiquaient l’établissement de la journée de travail de huit heures. Le 1er mai est devenu une journée de commémoration importante partout dans le monde en mémoire, notamment, des fameuses journées de mai 1886 à Chicago dites Haymarket affair qui ont engendré des émeutes et la mort de travailleuses et de travailleurs. Ces événements ont été ni plus ni moins que l’élément déclencheur de luttes ouvrières d’envergure sur plusieurs années qui ont contribué à améliorer les conditions de travail difficiles des travailleuses et des travailleurs de l’époque.

En 2015, une autre dimension s’ajoute à cette importante journée de commémoration. Celle de l’importante lutte aux mesures d’austérité du gouvernement libéral qui s’attaque au tissu social québécois acquis par de longues et difficiles luttes ouvrières et sociales.

Depuis le printemps dernier, la Coalition Main Rouge et les tables régionales du Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ) ont amorcé une consultation nationale auprès de ses organisations sur le déclenchement d’une journée de grève du milieu communautaire, dans une perspective de grève sociale le 1er mai 2015.

À ce jour, des centaines de groupes communautaires et populaires du Québec ont adopté des résolutions pour le déclenchement de la grève sociale le 1er mai. Ici dans la région, le Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière (MEPAL) et une majorité de ses groupes membres ont adopté des résolutions pour le déclenchement de la grève sociale, à l’instar de plusieurs autres regroupements régionaux en éducation populaire. En plus des organisations populaires et communautaires, se joignent à ce mouvement de grève sociale des enseignantes et enseignants du CÉGEP régional de Lanaudière, sections Joliette et Terrebonne ainsi que les travailleuses des services de garde en milieu familial de Lanaudière.

Le Réseau Vigilance invite également les travailleuses et les travailleurs de la région, la population et les étudiantes et les étudiants à participer en grand nombre au grand rassemblement du 1er mai à compter de midi devant les bureaux du Conseil Central de Lanaudière-CSN à Joliette. Dès 13 h, une marche sera initiée dans les rues de la Ville avec la participation de cyclistes équipés de vélos jaunes provenant de l’organisation bien connue « Bécik jaune », une organisation lanaudoise qui vient en aide aux adolescents de la région. Rappelons que « Bécik jaune » a été victime récemment des mesures d’austérité due au retrait prématuré et soudain de l’aide financière de l’un de ses principaux bailleurs de fonds.

← Précédent Les travailleurs de l'Institut de cardiologie de Montréal sont inquiets 22 avril 2015
Suivant → Le gouvernement voudrait faire taire les jeunes qu'il ne s'y prendrait pas mieux 23 avril 2015

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-reseau-vigilance-lanaudiere-appelle-a-la-mobilisation/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.