Le tarif des CPE doit demeurer à 7 $

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les enfants ayant besoin de soutien particulier : de l’importance de favoriser l’accès aux services !

Les enfants ayant besoin de soutien particulier : de l’importance de favoriser l’accès aux services !

Actuellement, les enfants ayant besoin de soutien particulier qui fréquentent les milieux éducatifs à l’enfance n’obtiennent…
Des baisses d’impôt qui hypothéqueront l’avenir du Québec, déplore la CSN

Des baisses d’impôt qui hypothéqueront l’avenir du Québec, déplore la CSN

Personnel surchargé et épuisé des réseaux de la santé et de l’éducation, logement social, transport collectif,…
Baisses d'impôt: le gouvernement du Québec fait fausse route

Baisses d'impôt: le gouvernement du Québec fait fausse route

Les présidentes et présidents des quatre centrales syndicales, Magali Picard (FTQ), Caroline Senneville(CSN), Éric Gingras (CSQ)…
Une négociation cruciale pour la pérennité du réseau

Une négociation cruciale pour la pérennité du réseau

Réunis en assemblée générale jeudi 16 février 2023, les membres du Syndicat des travailleuses de garde…
Les montants annoncés par Ottawa sont insuffisants

Les montants annoncés par Ottawa sont insuffisants

Pour la Confédération des syndicats nationaux, la proposition du gouvernement Trudeau présentée plus tôt aujourd’hui n’est…
Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…

Le tarif des CPE doit demeurer à 7 $

La CSN prévient le gouvernement qu’elle n’acceptera pas qu’il tente d’équilibrer son budget sur le dos des centres de la petite enfance (CPE) ni sur celui des parents. « Le tarif à 7 $ par jour doit être maintenu », déclare Denise Boucher, vice-présidente de la CSN et responsable du dossier des CPE pour la Confédération.

Rappelons que la ministre Nicole Léger a mis sur pied en octobre 2013 un chantier sur le financement des services de garde, une table de discussion à laquelle ne participent que des associations patronales soit l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l’enfance (CQSGEE). Le chantier est notamment chargé de trouver des alternatives aux compressions de 40 millions de dollars annoncées ce printemps par la ministre.

Or, l’AQCPE, dans un mémo adressé à ses membres le 5 décembre dernier, s’est faite rassurante indiquant que les compressions et leur récurrence sont annulées. « Cela semble une bonne nouvelle. Mais comment expliquer un tel revirement du côté du gouvernement. Où est passé le déficit ? A-t-on trouvé plus commode d’aller chercher les sommes manquantes dans la poche des parents ? » s’inquiète Denise Boucher

Interrogée par Radio-Canada le 3 décembre à savoir si une hausse du tarif à 8 $ était envisagée, la ministre Léger a répondu : « Pour le moment, je n’ai aucune idée à savoir comment cela va finir ».

La CSN n’entend pas de son côté que les tractations entreprises par le gouvernement avec les CPE et les garderies se soldent par une hausse de la contribution journalière. « Les parents n’ont pas à faire les frais des choix faits par le gouvernement quant au déficit zéro. Les services de garde à contribution réduite relève d’un choix de société. C’est un investissement et non une dépense. Ils favorisent la participation de tous et de toutes au marché du travail et ont une valeur éducative inestimable pour les jeunes enfants. Donc pas question d’accepter une hausse », de conclure Denise Boucher.

Rappelons que la CSN représente 9600 employé-es du réseau des CPE. On compte 34 syndicats et 367 accréditations dans les CPE partout au Québec. Ces derniers sont affiliés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

À propos de la FSSS

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), affiliée à la CSN, représente près de 130 000 membres, ce qui en fait une force grandissante du syndicalisme au Québec.

Elle est présente dans les centres de la petite enfance et les services de garde en milieu familial, dans les ressources intermédiaires et de type familial, dans les centres d’hébergement privés et religieux, dans les organismes communautaires, dans les services préhospitaliers d’urgence ainsi que dans le réseau public de la santé et des services sociaux. Près de 80 % des membres qui la composent sont des femmes.

À propos de la CSN

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket