La CSN à la Commission sur l'éducation à la petite enfance

Échec des politiques austères du gouvernement Couillard

6 décembre 2016

Photo : Michel Giroux
Le gouvernement Couillard a choisi clairement de favoriser et d’encourager le développement des garderies commerciales, dont la part dans la distribution des places disponibles a plus que doublé, passant de 16 % à 34 % en quelques années.
Partager
Dossiers
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
François Forget
Service des communciations de la CSN
514 212-7383
francois.forget@csn.qc.ca

« Il est urgent de rétablir les principes d’universalité et d’accessibilité aux services de garde de qualité pour tous les enfants, et de poursuivre le développement des places en CPE et en milieu familial régi », a affirmé Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN, à l’occasion de la tournée de la Commission sur l’éducation à la petite enfance menée par l’Institut du Nouveau Monde (INM) qui se tient jusqu’à demain à Montréal.

Diffusion de la consultation de la Commission sur l’éducation à la petite enfance
Diffusion de la consultation de la Commission sur l’éducation à la petite enfance

La CSN a présenté son mémoire sur l’état de dégradation des services de garde éducatifs en centres de la petite enfance (CPE) et en milieu familial régi, qui desservent près de 200 000 enfants. Selon Véronique De Sève : « Pendant que des parents paient davantage en raison de la hausse tarifaire fixée selon le revenu familial, le personnel fait tout en son pouvoir pour offrir des services de garde de qualité malgré les impacts des compressions budgétaires de plus de 300 millions de dollars imposées depuis trois ans. Pourtant, poursuit-elle, le gouvernement a récemment annoncé avoir fait des surplus budgétaires de 3,7 milliards de dollars pour l’année 2015-2016 et de 1,7 milliard pour les six premiers mois de l’année en cours. C’est tout à fait scandaleux et irresponsable ! »

Photo : Michel Giroux
Photo : Michel Giroux

Pendant ce temps, observe la centrale syndicale, le gouvernement Couillard a choisi clairement de favoriser et d’encourager le développement des garderies commerciales, dont la part dans la distribution des places disponibles a plus que doublé, passant de 16 % à 34 % en quelques années. « Ce choix en faveur des garderies commerciales et l’absence de réinvestissements dans les services de garde éducatifs démontrent que son objectif n’est pas d’atteindre l’équilibre budgétaire, mais de revoir le rôle de l’État québécois, la nature même des services publics et des services de garde. Et ce n’est pas l’injection non récurrente de quelque 90 millions depuis l’an dernier, dont 30 millions cette année, qui va régler les problèmes de sous-financement chronique », a renchéri Véronique De Sève.

Jacques Létourneau, président de la CSN et père de trois enfants ayant fréquenté pendant des années les services de garde éducatifs, a ajouté : « Comme père et parent utilisateur, j’ai eu la chance de fréquenter les services de garde éducatifs il y a quelques années. Ils ont permis à mes enfants de se développer à leur mieux dans un environnement sain, stimulant et formateur. Et c’est ce que tendent à démontrer diverses études sur les impacts positifs des services subventionnés et régis sur les enfants. On ne peut pas laisser aller un si beau joyau. »

Diffusion de la consultation de la Commission sur l’éducation à la petite enfance
Diffusion de la consultation de la Commission sur l’éducation à la petite enfance

Outre une hausse massive du financement et le retour à la tarification universelle, la CSN propose que soit offerte aux familles à faible revenu la gratuité des services de garde alors qu’actuellement, elles doivent assumer la moitié des frais. Cette mesure peu coûteuse en regard du financement des services de garde et des surplus budgétaires récents permettrait à leurs enfants de fréquenter à temps complet les services de garde de qualité sans alourdir leur budget familial.

Par ailleurs, la CSN se dit très heureuse d’avoir pu participer à la consultation de la Commission sur l’éducation à la petite enfance, une initiative développée par l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE). Plusieurs syndicats représentant des travailleuses et des travailleurs en CPE et des responsables en service de garde en milieu familial (RSG) ont également été très actifs lors de cette tournée réalisée dans 14 villes du Québec depuis octobre dernier. Ces consultations publiques ont permis de mieux faire connaître les effets concrets des politiques austères du gouvernement libéral sur les services dispensés.

Photo : Michel Giroux
Photo : Michel Giroux

Depuis près d’un an, la CSN mène une campagne de sensibilisation et de mobilisation auprès des parents et de la population sous le thème Un réseau qui fait grandir! Plusieurs manifestations ont eu lieu dans les derniers mois, dont deux se sont déroulées le 3 décembre dernier devant les bureaux du député et premier ministre Philippe Couillard à Saint-Félicien et à Montréal. Près de 80 000 cartes postales signées par la population y ont été déposées.

À propos de la CSN

La CSN représente plus de 11 000 travailleuses et travailleurs provenant de 400 CPE, et 3 200 responsables de service de garde en milieu familial. Elle représente aussi une forte proportion des enseignantes et des enseignants de niveau collégial en techniques d’éducation à l’enfance. Plus globalement, la CSN regroupe plus de 325 000 membres syndiqués provenant tant des secteurs privé que public.

 

← Précédent Le travail contre la violence envers les femmes n’est pas terminé 6 décembre 2016
Suivant → Protéger les journalistes indépendants contre les poursuites 6 décembre 2016

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/lechec-des-politiques-austeres-du-gouvernement-de-philippe-couillard/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.