Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les syndiqués adoptent leur contrat de travail

Du même SUJET

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Unibéton

Les syndiqués adoptent leur contrat de travail

Le 18 septembre dernier, la centaine de salarié-es membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs d’Unibéton – CSN ont entériné, dans une proportion de 82 %, l’entente de principe intervenue plus tôt avec leur employeur. C’est la première fois qu’ils obtiennent une convention collective négociée avec la CSN et la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN).

« Nous sommes très heureux du dénouement rapide de la négociation et de l’atteinte de nos objectifs, soit l’amélioration concrète de nos conditions de travail, affirme Daniel Gauthier, président du syndicat. Et nous sommes surtout très fiers de l’appui des travailleurs d’Unibéton tout au long de cette négociation. »

La nouvelle convention collective, qui sera en vigueur jusqu’en mai 2017, vient bonifier significativement l’ancien contrat de travail échu en juin dernier. Au plan salarial, les travailleurs vont toucher rétroactivement au 1er juin 2012 des augmentations de 2,9 % par année, pour un total de 14,5 %. De plus, l’employeur haussera sa participation de 25 % au REER collectif et de 16 % pour le régime d’assurance collective au terme de la convention.

Parmi les autres gains, mentionnons ceux relatifs aux heures supplémentaires, l’une des priorités de négociation des travailleurs. Ainsi, ils obtiennent le paiement des heures supplémentaires majorées à 50 % du salaire après 9 heures 30 travaillées, pour ensuite passer à 9 heures à compter de la 4e année. Ailleurs dans l’industrie, il faut en moyenne 10 heures avant de pouvoir être payés en heures supplémentaires. Les salariés verront aussi leur période de souper rémunérée à taux supplémentaire, en plus du versement d’une prime de 14 $ pour le repas. Enfin, lors de rappel au travail, ils seront minimalement payés 5 heures au lieu de 4 heures comme auparavant.

Rappelons que le Syndicat des travailleuses et travailleurs d’Unibéton représente les salariés des trois sites de l’entreprise situés à Montréal, à Laval et à la Prairie. Les syndiqués ont choisi de quitter la CSD pour joindre les rangs de la CSN. Accrédité le 21 février 2012, le syndicat est affilié à la FIM-CSN, qui compte plus de 30 000 membres réunis dans 320 syndicats. Pour sa part, la CSN regroupe plus de 300 000 syndiqué-es dans tous les secteurs d’activité.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket