L’IA en éducation : l’ère du soupçon

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Changements technologiques

Illustration : Alain Reno
Illustration : Alain Reno

L’IA en éducation : l’ère du soupçon

Alors que la rentrée est déjà bien entamée, certains syndicats et différents intervenants et intervenantes de l’enseignement supérieur réclament des balises claires pour encadrer le recours à l’intelligence artificielle (IA) dans les salles de classe. Les acteurs de l’éducation doivent s’adapter ultra-rapidement à cette nouvelle ère pédagogique.

Ça ne fait plus aucun doute, l’IA a gagné tous les établissements d’enseignement pour y rester. Des enseignantes et enseignants craignent l’utilisation de cet outil alors que d’autres voient ce dispositif d’un bon œil, tout en demeurant critiques. Tous s’entendent et réclament des jalons clairs pour l’encadrer.

Pour Caroline Quesnel, présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec–CSN (FNEEQ–CSN), il est question d’une réévaluation du système d’enseignement : « la capacité énorme de substitution de la pensée qu’offre ChatGPT est une fragilisation de la relation pédagogique ». Cette menace à l’intégrité de cette relation introduit les pédagogues dans ce qu’elle qualifie « d’ère du soupçon ».

Pour Simon Collin, titulaire de la chaire de recherche du Canada sur l’équité numérique en éducation à l’UQAM, « les professeur-es à eux seuls ne peuvent évaluer la pertinence pédagogique des outils technologiques. L’anticipation des enjeux reliés à leur utilisation doit se faire dans une réflexion collective avec les conceptrices et concepteurs, les administratrices et administrateurs, et finalement, les enseignantes et les enseignants. »

Même son de cloche pour Marianne Théberge-Guyon, chargée de cours à l’UQAM. « Avant d’établir un encadrement officiel de l’IA en éducation, il faudra qu’il y ait une discussion centralisée. Les professeur-es et les expertes et experts en IA devront établir les balises, mais ils devront surtout être appuyés par le gouvernement, car ils auront besoin de moyens financiers pour l’implantation de repères ».

Pour Sébastien Mussi et Éric Martin, professeurs de philosophie au cégep, la résistance à l’implantation de l’IA en éducation devrait être plus radicale. « Il faudrait bloquer l’entrée de ces technologies qui risquent de détruire notre profession. Il s’agit d’une mainmise des entreprises sur le marché de l’éducation. L’application d’un cadre sera insuffisante pour contrer la dématérialisation de l’enseignement. »

Les syndicats de la FNEEQ–CSN ont adopté la recommandation du Comité école et société sur l’IA : dans le cadre des négociations collectives, qu’aucune technologie faisant appel à l’IA ne soit implantée sans l’accord des syndicats et que son utilisation soit supervisée par un comité paritaire auquel participeraient des enseignantes et des enseignants.

Plusieurs intervenantes et intervenants du secteur de l’éducation réclament un moratoire sur l’informatisation de l’école. La CSN et la FNEEQ–CSN revendiquent la création d’un comité permanent dont les syndicats feraient partie, afin d’établir un guide des meilleures pratiques pour les enseignantes et les enseignants.

L’enseignement est un métier relationnel. « Quand on y ajoute des intermédiaires technologiques, ça peut être pour le mieux s’ils soutiennent cette relation-là, mais pour le pire quand ils réduisent sa richesse », conclut sagement Simon Collin.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023