L’importance de partir du bon pied

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Réforme de la Loi sur la protection de la jeunesse : le ministre Carmant vise juste

Réforme de la Loi sur la protection de la jeunesse : le ministre Carmant vise juste

Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), le projet de loi réformant la Loi sur la…
Encore du travail à faire à la table de négociation

Encore du travail à faire à la table de négociation

Après avoir pris connaissance des nouvelles offres salariales présentées par le gouvernement aux travailleuses et travailleurs…
C’est le grand retour de l’École de la relève syndicale!

C’est le grand retour de l’École de la relève syndicale!

C’est avec enthousiasme que le comité national des jeunes de la CSN vous annonce le retour…
Le travail caché des éducatrices spécialisées

Le travail caché des éducatrices spécialisées

Pour cette nouvelle baladodiffusion, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien entre Marie-Ève De Bellefeuille,…
Les sept vies d’un syndicat

Les sept vies d’un syndicat

Il aura finalement fallu plus de deux ans pour que le Syndicat des travailleuses et travailleurs…
À chaque génération ses défis

À chaque génération ses défis

Perché entre les montagnes et le lac Stukely, le camp de villégiature Jouvence devient chaque mois…

L’accueil des nouveaux salariés

Photo : Normand Blouin
Photo : Normand Blouin

L’importance de partir du bon pied

Partout où l’on parle de l’importance de la participation des jeunes à la vie démocratique de leur syndicat et du respect de leurs droits, de la relève syndicale, de la connaissance de l’histoire des luttes syndicales et sociales, partout où ces sujets sont abordés, inévitablement, la question de l’accueil des nouveaux membres est posée.

Nos acquis sociaux, tels que l’assurance-emploi et l’assurance maladie, peuvent être perçus comme des « cadeaux » offerts par un gouvernement bienfaiteur, et les bonnes conditions de travail comme un présent d’un employeur qui a à cœur de redonner à ses employé-es. Nous savons évidemment que ce n’est pas la réalité.

Les gains obtenus, tant sur le front social que syndical, passent généralement par des luttes menées en grande partie par les syndicats. Et c’est rarement cette histoire qui est enseignée ! Il est de notre devoir de transférer ces informations à nos membres. Quoi de mieux que de le faire dès l’arrivée d’une nouvelle travailleuse ou d’un nouveau travailleur. Ce moment peut également être l’occasion de tisser des liens entre les nouveaux membres et les représentantes et représentants syndicaux.

Kronos

Le syndicat de Kronos fêtera sa 60e année d’existence en 2017. Dans le bureau syndical, au mur, des photos d’archives en témoignent. La convention collective prévoit que le syndicat dispose d’une heure pour rencontrer les nouveaux employé-es. Durant cette rencontre, la convention collective leur est remise. C’est aussi l’occasion d’expliquer les luttes passées, de parler du syndicalisme et du milieu de travail. « J’essaie de prendre un moment avec les nouveaux, afin qu’ils se sentent bien accueillis. En tant que vice-président santé-sécurité, je leur explique le rôle du comité santé-sécurité, et j’aborde la question de l’assurance collective. Nous faisons une tournée des membres du comité exécutif, car c’est important qu’ils connaissent l’emplacement de leurs bureaux et qu’ils sachent comment prendre contact avec eux. Finalement, je m’assure de faire un suivi sur leur intégration et je garde un contact avec eux pour qu’ils sachent que nous sommes là pour les aider », nous explique Serge Berthiaume, vice-président du syndicat.

CIUSSS de la Capitale-Nationale

Au CIUSSS de la Capitale-Nationale, l’accueil des nouveaux salarié-es se fait environ une fois par mois. Après la présentation de l’employeur, le syndicat prend la relève. Une présentation sur la structure syndicale est faite, mais l’accent est mis principalement sur les moyens de joindre les représentants syndicaux et les délégué-es, selon les points de services. Une convention collective leur est remise et il est souligné qu’un comité jeune existe à la CSN. « Même si la journée d’embauche est très chargée, nous en profitons pour discuter avec les nouveaux membres et pour leur remettre des documents qu’ils pourront consulter au besoin. Nous les invitons à ne pas hésiter à prendre contact avec leurs représentants syndicaux », explique Johannie Dubois, agente de griefs pour le syndicat.

Un geste à la portée de tous !

Peu importe la taille du syndicat, il est possible et nécessaire d’accueillir les nouveaux membres. Cela permet de créer un lien de confiance, d’appartenance et augmente la participation des nouveaux membres à la vie syndicale. Le simple fait de les accueillir à leur embauche vient créer un contact personnel et permet de partir du bon pied, ce qui est souvent bénéfique à long terme.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket