Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

L’Organisation internationale du travail a 100 ans

Du même SUJET

À droite (presque) toutes

À droite (presque) toutes

Le mot du président À quelques mois des élections fédérales, les récentes victoires de partis conservateurs…
Les travailleurs de la crue

Les travailleurs de la crue

Alors que plusieurs régions du Québec étaient submergées par les eaux, des centaines d’employé-es munici­paux travaillaient…
Prévenir les inondations : il faut travailler en amont

Prévenir les inondations : il faut travailler en amont

Les inondations se succèdent depuis des décennies et ce sont souvent les mêmes régions qui se…
Médiateur au Musée McCord : l'art de s'émerveiller

Médiateur au Musée McCord : l'art de s'émerveiller

Pour cette nouvelle baladodiffusion, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien entre Caroline Senneville, vice-présidente…
Parité femmes-hommes : l’exemple d’une usine du Témiscamingue

Parité femmes-hommes : l’exemple d’une usine du Témiscamingue

Manon Lalonde œuvre depuis 1995 pour l’usine de fabrication de composantes de bois lamellé-collé LVL Global,…
Élections fédérales, priorités syndicales

Élections fédérales, priorités syndicales

Alors que la rentrée de l’automne sera marquée par la campagne électorale fédérale, le Point syndical…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

International

Wikimedia commons: )	Globetrotter19
Wikimedia commons: ) Globetrotter19

L’Organisation internationale du travail a 100 ans

Créée en 1919, l’Organisation internationale du travail (OIT) est la plus vieille institution multilatérale internationale. En 1946, elle est devenue une institution spécialisée des Nations Unies. Elle est la seule instance fonctionnant sur une base tripartite réunissant des représentantes et représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs de 187 États membres. Sa mission est de définir les grandes conventions internationales et de faire la promotion des droits fondamentaux au travail.

L’OIT a aussi pour objectif de concevoir des politiques et des programmes visant, notamment, la création d’emplois décents, le développement de la protection sociale et le renforcement du dialogue social.

Chaque année, les représentants des États membres se réunissent à Genève pour la Conférence internationale du travail. La CSN est membre de la délégation syndicale canadienne depuis les années 1920 et sera présente encore cette année.

Pour souligner les 100 ans de l’OIT, une commission mondiale chargée d’étudier l’avenir du travail a été mise en place en 2017. Son rapport, dévoilé en janvier dernier et intitulé Travailler pour bâtir un avenir meilleur, sera discuté par les délégué-es lors de la Conférence du centenaire.

Alors que les changements technologiques, climatiques et démographiques bouleversent le monde du travail, la Commission sur l’avenir du travail propose un programme d’action centré sur l’humain et axé sur trois volets : l’investissement dans le potentiel humain, l’investissement dans les institutions du travail et l’investissement dans le travail décent et durable.

Ce programme d’action s’accompagne de dix recommandations, dont un droit universel à l’apprentissage tout au long de la vie, une couverture universelle de protection sociale de la naissance à la vieillesse, le renforcement de la maîtrise du temps, la promotion active de la représentation collective et du dialogue social ainsi qu’une refonte des dispositifs incitatifs visant les entreprises afin d’encourager les investissements à long terme.

Alors que les inégalités s’accroissent, la Commission en appelle aux gouvernements ainsi qu’aux organisations d’employeurs et de travailleurs pour qu’ils redynamisent le contrat social. C’est à eux qu’il revient d’assurer « une juste part du progrès économique, le respect de leurs droits et la protection contre le risque en échange de leur contribution permanente à l’économie. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket