Norman Laforce

Du même SUJET

La ministre Freeland n’en fait pas assez pour contrer la hausse du coût de la vie

La ministre Freeland n’en fait pas assez pour contrer la hausse du coût de la vie

Malgré différentes nouvelles annonces dans son énoncé économique d’aujourd’hui, la ministre Freeland n’en fait pas encore…
Crise du logement : en quête de sens et  de solutions

Crise du logement : en quête de sens et de solutions

Longtemps négligée, la crise immobilière s’est finalement invitée dans le débat politique. Il était temps : en…
Unis contre les horreurs de la CAQ

Unis contre les horreurs de la CAQ

Le 31 octobre, la coalition Main Rouge appelait à une manifestation colorée pour dénoncer les horreurs…
Cibles d’immigration : les centrales syndicales décrient l’omission de l’immigration temporaire

Cibles d’immigration : les centrales syndicales décrient l’omission de l’immigration temporaire

Les quatre grandes centrales syndicales dénoncent le manque de considération du gouvernement du Québec envers les…
Touche pas à nos accouchements! Six grands rassemblements citoyens pour sauver la pratique sage-femme

Touche pas à nos accouchements! Six grands rassemblements citoyens pour sauver la pratique sage-femme

Alors que l’avenir de la pratique sage-femme est actuellement gravement menacé par le projet de loi…
La hausse des taux d’intérêt a ses limites !

La hausse des taux d’intérêt a ses limites !

Le gouvernement doit intervenir plus directement afin de lutter contre l’inflation. Tout miser sur la politique…

Visages de l'austérité

Norman Laforce

normand

« J’ai été sur une liste d’attente pendant plus de treize ans avant d’avoir droit à un logement social. La pénurie est flagrante. Mais des deux bords, tant à Québec qu’à Ottawa, on se fiche des besoins des plus démunis. Plutôt que d’investir, on nous annonce toujours une nouvelle vague de compressions. On coupe et on coupe et on coupe, et ce sont toujours les pauvres qui écopent. Et ce n’est plus juste les prestataires d’aide sociale qui ont besoin de logement social, il y a plein de gens qui gagnent le salaire minimum et qui ont beaucoup de difficulté à se loger.

Si ça continue de même, j’ai des grandes craintes de me retrouver à la rue dans les prochaines années. C’est bouleversant. »

– Norman Laforce, militant pour le logement social

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket