Centralisation des laboratoires médicaux vers Laval

Optilab – Une perte nette pour la population de Lanaudière

31 janvier 2017

En conférence de presse, à Terrebonne, la v-p de la FSSS, Mélissa Gaouette, le v-p de la CSN, Jean Lacharité et la v-p du Conseil central de Lanaudière, Patricia Rivest.
Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), les trop nombreuses zones d’ombre d'Optilab ainsi que ses effets néfastes sur la région devraient inciter les décideurs à plus de prudence.
Partager
Région
  • Lanaudière
Pour information
Jean-Pierre Larche
Communications–CSN
514 605-0757

En plus des nombreuses inquiétudes qu’il soulève quant à sa fiabilité et à la sécurité dans son implantation, le projet Optilab visant à centraliser plusieurs activités des laboratoires médicaux de Lanaudière et des Laurentides vers Laval entraînera la perte d’au moins 73 emplois qualifiés dans Lanaudière, soit 39 emplois directs à l’Hôpital Pierre-Le-Gardeur et 34 au Centre hospitalier régional de Lanaudière. Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), les trop nombreuses zones d’ombre de ce projet ainsi que ses effets néfastes sur la région devraient inciter les décideurs à plus de prudence.

« Le gouvernement a beau pousser ce dossier de toutes ses forces, le projet Optilab est toujours aussi mal ficelé. On ne sait toujours pas qui assurera le transport des spécimens. On n’a toujours pas de système de traçabilité provinciale. Le gouvernement promet des économies, mais il ne peut pas les démontrer, car il ne sait même pas combien il en coûte actuellement pour faire les analyses dans nos laboratoires publics. Et il sous-estime grandement les investissements supplémentaires qu’occasionnera Optilab, qu’il s’agisse du réaménagement du laboratoire serveur de Laval, des coûts de développement d’un nouveau système informatique ou encore des coûts liés à la perte et à la détérioration des échantillons », explique Jean Lacharité, vice-président de la CSN. À l’instar de nombreux intervenants socioéconomiques de la région, la CSN réclame un moratoire immédiat sur Optilab.

Des représentants de la CSN tiennent des discussions régulières avec les représentants patronaux en vertu d’une lettre d’entente de la convention collective CSN. Mélissa Gaouette, vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux, participe à ces échanges. « Nous profitons de ce lieu pour faire valoir les nombreuses préoccupations que nous transmettent les technologistes médicales, mais aussi le personnel de tous les autres titres d’emploi touchés. Ni le ministère ni la partie patronale nationale ne peuvent actuellement répondre à plusieurs de nos questions. Les décisions sont prises par un groupe restreint de médecins spécialistes et d’omnipraticiens. Nous nous assurons donc de consulter les acteurs impliqués dans les laboratoires et de porter leur voix. »

 

Où est l’urgence?
Par ailleurs, la CSN estime qu’il est prématuré de procéder au changement d’employeur dès le 1er avril prochain, car les CISSS concernés ont déjà admis que les établissements sont loin d’être prêts au déploiement d’Optilab.

En plus des enjeux de sécurité ou de ceux liés aux relations de travail, la CSN est préoccupée par les conséquences économiques et sociales pour la région. « Optilab, c’est perdre de bons emplois à Joliette et à Terrebonne, mais ça nous prive également d’un pôle d’expertise important. Cela aura des impacts sur l’économie locale, de même que sur l’accessibilité et la qualité des services pour la population », ajoute Patricia Rivest, vice-présidente du Conseil central de Lanaudière.

← Précédent Un réseau sous pression 31 janvier 2017
Suivant → Entente chez Charl-Pol à La Baie 2 février 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/optilab-une-perte-nette-pour-la-population-de-lanaudiere/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.