Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Outil d’inclusion et de solidarité

Du même SUJET

Des mesures qui ont enfin du mordant

Des mesures qui ont enfin du mordant

La CSN applaudit le dépôt du projet de loi sur la réforme de la loi 101…
Oui à la réforme de la Charte de la langue française

Oui à la réforme de la Charte de la langue française

Le ministre Jolin-Barrette a annoncé à plusieurs reprises l’arrivée imminente d’un plan d’action costaud pour réformer…
La francisation, une tour de Babel aux cégeps de Saint-Laurent et Bois-de-Boulogne

La francisation, une tour de Babel aux cégeps de Saint-Laurent et Bois-de-Boulogne

En négociation depuis plus de 15 mois, les animatrices de francisation et les agentes d’intégration des…
Le droit de travailler en français doit être renforcé

Le droit de travailler en français doit être renforcé

Le ministre Simon Jolin-Barrette a récemment annoncé son intention de redonner ses lettres de noblesse à…
Improvisation du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion dénoncée

Improvisation du ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion dénoncée

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) remet en question la décision…
L’édition savante francophone menacée

L’édition savante francophone menacée

Le monde de l’édition savante francophone, principalement au Québec, est menacé. Des dizaines de revues en…

La francisation

Une des invitées, Josée Boileau, éditorialiste retraitée du journal Le Devoir, déplore ce qu’elle perçoit comme un désintéressement du gouvernement Couillard à l’égard de la défense du français. | Photo : Raynald Leblanc
Une des invitées, Josée Boileau, éditorialiste retraitée du journal Le Devoir, déplore ce qu’elle perçoit comme un désintéressement du gouvernement Couillard à l’égard de la défense du français. | Photo : Raynald Leblanc

Outil d’inclusion et de solidarité

En soutenant la francisation dans nos milieux de travail, nous contribuons clairement à la pérennité du français au Québec comme langue commune. Mais les enjeux sont très diversifiés. Pour les travailleuses et les travailleurs, connaître le français, c’est pouvoir en apprendre sur leurs droits au travail et sur les moyens de les défendre, par exemple en santé et en sécurité. C’est le meilleur moyen de favoriser l’inclusion et de développer une véritable solidarité entre tous les travailleurs et travailleuses, sans égard à leurs origines. Le 23 mars, à l’occasion de la Journée de la francisation CSN, plus de 70 délégué-es de toutes les fédérations et de plusieurs régions du Québec se sont réunis à Montréal pour échanger sur les défis de la francisation.

L’action dans les milieux de travail s’avère plus nécessaire aujourd’hui que jamais alors que le français comme langue de travail est en recul dans la région de Montréal, particulièrement dans les petites et moyennes entreprises. Mais même dans les municipalités et dans les établissements et institutions publiques, on assiste à des reculs préoccupants quant à la défense du français. La CSN a produit une nouvelle version de sa brochure sur la francisation à l’intention des syndicats.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket