Transition juste

Pas sortis du bois

Photo : Mathieu Murphy-Perron
« On n’entend plus les oiseaux, ou très peu. C’est terne. Une forêt sans le chant des oiseaux, c’est terne. »
Par Mathieu Murphy-Perron
Partager

La crise climatique s’accélère et les bouleversements qu’elle provoque affectent déjà les écosystèmes, la biodiversité, voire les systèmes humains.

La forêt québécoise n’échappe pas à ce chavirement. Les régions et les secteurs économiques qui dépendent de sa santé doivent rapidement repenser leurs stratégies et leurs façons de faire afin d’être partie prenante des solutions et non des problèmes.

René Martel, travailleur sylvicole depuis plus de 35 ans et président du Syndicat national de la sylviculture (SNS–CSN), est un grand amoureux de la nature depuis toujours. « À Val-Cartier, mes copains et moi, on se faisait des cabanes dans la forêt, on se baignait dans la rivière, on ramassait des écrevisses. On était libres. La nature m’a interpellé très tôt, dès mon jeune âge. »

Photo de René Martel, souriant

Bien qu’il y ait plusieurs raisons d’être pessimiste, René Martel du Bas-Saint-Laurent veut surtout que nous gardions espoir : « La journée où l’écologie — soit forestière ou agricole — sera la norme, il va y avoir de la place pour fonder des familles. Il faut partir de la base. Il faut partir de la nature. Avec la nature, on va y arriver. » // Photo : M. Murphy-Perron

M. Martel est également un conteur d’exception qui maîtrise l’art de capter l’attention de son public par sa sagesse, son charisme, et le brin d’humour qui lui est tout à fait unique. Mais, il n’y a pas de quoi rire lorsqu’on l’écoute parler de l’état de nos forêts. « Les arbres souffrent. En période caniculaire et quand la pluie n’est pas au rendez-vous depuis quelques semaines, les arbres souffrent. Ils ont besoin d’eau. Ils pleurent. La forêt entière est en mode survie devant les perturbations occasionnées par les changements climatiques. » Il remarque aussi une disparition de plusieurs insectes et d’espèces d’oiseaux depuis les dernières années : « On n’entend plus les oiseaux, ou très peu. C’est terne. Une forêt sans le chant des oiseaux, c’est terne. »

S’attaquer immédiatement à la crise forestière
Alain Bourque, directeur général d’Ouranos, un consortium sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques, confirme que tout n’est pas rose pour nos forêts. « On assiste de plus en plus à une migration des forêts du sud vers le nord. Par-dessus ça, on ajoute des régimes de phénomènes météorologiques extrêmes qui perturbent la fréquence et la durée des feux de forêt, ou encore l’intensité des invasions d’insectes et de maladies. »

Bien que plusieurs incertitudes persistent devant les effets précis des changements climatiques sur les forêts, M. Bourque insiste sur l’importance de s’attaquer aux problèmes maintenant, avant qu’il ne soit trop tard. Si la tendance se maintient, on se dirige vers une élévation globale des températures de 4 °C. « On ne peut pas attendre d’avoir un signal statistiquement significatif avant d’agir, puisque les bouleversements climatiques seront tellement importants qu’on va se mettre dans une situation où les impacts les plus catastrophiques seront devenus inévitables. »

Les jardiniers de la forêt
Malgré toutes les inquiétudes amenées par les changements que vit la forêt, René Martel demeure un ardent défenseur de l’importance de son métier et du bonheur de travailler en nature. « C’est du jardinage. On est les jardiniers de la forêt », nous dit-il.

Il admet cependant que la relève n’est pas au rendez-vous et que le vieillissement de la main-d’œuvre s’avère grave pour le secteur. Pour lui, le problème est surtout lié aux piètres conditions de travail. « Notre métier est physique. La plantation, le débroussaillage, l’abattage manuel sont des tâches qui exigent de l’endurance et nous sommes payés à forfait, non à l’heure. Il y a donc un stress qui s’installe chez le travailleur, car il a peur de ne pas faire son salaire. En plus, nous sommes responsables de toutes nos dépenses : l’essence pour se rendre sur le chantier, la scie mécanique, la débroussailleuse. Nous n’avons aucune aide pour supporter nos frais d’exploitation, ce qui est tout à fait déplorable et les travailleurs en sont conscients. »

Une transition juste pour assurer la relève
L’âge moyen d’un travailleur sylvicole est de 54 ans, un fait qui devrait préoccuper les employeurs et les décideurs politiques, car il se trouve que ces jardiniers de la forêt sont un atout pour combattre les changements climatiques.

« Plus les changements climatiques vont s’accélérer, plus on va réaliser que la forêt peut contribuer d’une façon importante à la réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES) », explique M. Bourque. « La meilleure technologie de captage de carbone dans le sol, ce sont les arbres. Pour l’instant, on est encore dans la parole et non dans l’action, mais la science dit assez clairement que si on veut contrôler la crise climatique, ça passe par la forêt. »

Il va de soi que, dans l’état actuel des cho­ses, le Québec n’a pas le bassin de main-d’œuvre nécessaire pour répondre aux besoins criants de travailleurs sylvicoles. Afin de conserver et d’augmenter les emplois forestiers, les gouvernements devront faire appel à l’expertise des ouvriers et se doter d’un plan de transition juste pour former la relève et rapidement bonifier les conditions de travail. Pour sa part, le directeur général d’Ouranos prône une revalorisation du secteur et encourage les décideurs à s’inspirer des pratiques qui ont cours ailleurs dans le monde.

Le président du SNS–CSN reprend la balle au bond : « Un ouvrier sylvicole européen est considéré comme un avocat ou un médecin. Tant au point de vue salarial qu’au point de vue de la respectabilité. Nous, au Québec, on est du cheap labor. Allez voir la différence. »

← Précédent Syndicalisme 101 pour travailleuses et travailleurs immigrants 4 octobre 2019
Suivant → Faire une différence, du Sud au Nord 4 octobre 2019