Le balado du numéro

Prévenir les dégâts

« On embauche beaucoup de sous-traitants pour venir effectuer certains travaux. C'est dommage parce qu’on a à repasser derrière eux pour toutes les erreurs qu’ils commettent. C’est nous qui travaillons à la CSDM, qui devons tout réparer.»
Par Katerine Desgroseilliers
Partager
Pour cette nouvelle baladodiffusion, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien entre Jacques Létourneau, président de la CSN, et Christine Lebel, plombière/tuyauteuse à la Commission scolaire de Montréal (CSDM) et inventrice d’un panier récupérateur de déchets pour évier. Une discussion animée, dans laquelle il est question entre autres de métiers non traditionnels, de sous-traitance, du milieu de la construction et d’environnement. En voici quelques extraits..

Jacques : Pourquoi es-tu passée de la construction au secteur public ?

Christine : C’est surtout au niveau de la stabilité d’emploi, parce que dans la construction, les chantiers arrêtent souvent en décembre et reprennent en avril, ce qui fait qu’on se retrouve au chômage. Moi, j’étais mère monoparentale et comme je suis responsable de mes finances, j’ai choisi la stabilité à l’année […]

Jacques : Qu’est-ce qui t’a amenée à la CSDM ? T’as vu passer un affichage ?

Christine : En fait, j’avais déjà travaillé à la commission scolaire en 2009-2010 parce que j’avais manqué de travail dans la construction et je voyais bien que je n’arriverais pas. J’étais entrée à la CSDM à ce moment-là. Mais, après un an, j’avais décidé de retourner sur les chantiers, parce qu’il y avait vraiment (et il y a toujours d’ailleurs) une grosse différence de salaire entre le milieu de la construction et la commission scolaire. J’ai donc refait 10 ans sur les chantiers, et puis je suis revenue, encore une fois pour la stabilité […]

Jacques : Je trouve ça intéressant, ce que tu dis. Moi, mon père était concierge dans une commission scolaire en région. Il était au privé avant et la raison pour laquelle il s’est fait embauché à la commission scolaire, c’est justement pour la stabilité d’emploi. Il a fait exactement le même genre de choix que toi […]

Jacques : Ces dernières années, il y a eu beaucoup de coupes, de compressions budgétaires faites par le gouvernement du Québec dans les commissions scolaires, est-ce qu’on en ressent les effets sur le terrain ? Est-ce que ça laisse des traces ?

Christine : Avec des travaux majeurs qui sont retardés, souvent il arrive des dégâts d’eau… En fait, quand ça arrive, on se rend compte qu’il aurait fallu prévenir plutôt que guérir […] En ce moment, on embauche beaucoup de sous-traitants pour venir effectuer certains travaux… Je trouve ça dommage parce qu’on a à repasser derrière eux pour toutes les erreurs qu’ils commettent. Ils ne respectent pas toujours les plans des ingénieurs et après, c’est nous qui travaillons à la CSDM, qui devons tout réparer.

Jacques : Tu le constates, ça, que lorsqu’il y a un sous-traitant qui passe, la job n’est pas faite de la même façon, même si les employés du sous-traitant ont la formation ?

Christine : Oui, on le voit malheureusement. Ils sont qualifiés pour faire le travail, mais je pense qu’ils font ça vite. Ils ne sont pas consciencieux, tandis que nous, ce sont nos écoles, on vit dedans. J’ai plein d’exemples où on a dû intervenir dans des écoles neuves.

Jacques : Tu as des exemples, des trucs qui sont frappants, qui ont été mal faits ?

Christine : Il n’y a pas si longtemps, j’ai eu à demander à mon superviseur de m’apporter le plan d’une école parce qu’il y avait de l’eau chaude dans les toilettes et… dans les abreuvoirs. Juste devant le gymnase en plus !

← Précédent De thème à valeurs fondamentales 9 octobre 2018
Suivant → La dégelée 9 octobre 2018