22 juillet 2015

Privatisation, commercialisation et financement de l'éducation

Ce mercredi 22 juillet, deuxième journée du 7e Congrès mondial de l'Internationale de l'Éducation (IE) qui se tient à Ottawa jusqu'au 26 juillet, les congressistes discuteront du sous-financement de l'éducation publique qui amène des conséquences néfastes de privatisation et de commercialisation de la privatisation de l'enseignement public.

Ce mercredi 22 juillet, deuxième journée du 7e Congrès mondial de l’Internationale de l’Éducation (IE) qui se tient à Ottawa jusqu’au 26 juillet, les congressistes discuteront du sous-financement de l’éducation publique qui amène des conséquences néfastes de privatisation et de commercialisation de la privatisation de l’enseignement public.

En conférence de presse, la présidente de l’IE, Susan Hopgood, et le secrétaire général, Fred van Leeuwen, ont ardemment soulevé l’inquiétante problématique du sous-financement de l’éducation dans le monde. « Nous devons soutenir la profession enseignante dans un monde où les méthodes standardisées et la commercialisation menacent la valeur de l’enseignement. L’éducation est un droit et elle doit être accessible afin de donner à tous les enfants la même chance d’apprendre », a soulevé ce dernier. En guise de solution proposée, la présidente Hopgood a affirmé « qu’il est possible de rassembler 100 milliards de dollars en s’attaquant à l’évasion fiscale. Ce montant pourrait contribuer à scolariser chaque enfant et à atteindre les objectifs de développement à l’échelle mondiale ».

Soulignons que c’est la première fois que le Canada accueille le Congrès de l’IE. Quelque 2 000 personnes déléguées, observatrices et invitées des quatre coins du monde sont présents pour échanger et élaborer ensemble des stratégies syndicales afin de promouvoir l’accessibilité et la qualité de l’éducation pour tous, partout sur la planète.

Aussi, pour bien peser les enjeux fondamentaux de l’éducation dans les différents coins du monde, les médias sont invités à prendre part aux événements pour y découvrir les objectifs communs qui réunissent les représentants des 30 millions de personnes œuvrant au sein de l’éducation dans le monde. Plusieurs d’entre-elles seront disponibles pour des entrevues.


Débats du mercredi 22 juillet au Centre Shaw:

14 h 30 à 16 h Résolutions et documents politiques (Hall Canada 1-2-3) : Groupe A – Réponse à la privatisation, commercialisation et financement

Résolution : Privatisation et commercialisation de l’éducation

Résolution de mise en œuvre : Privatisation des services éducatifs

Résolution : Stopper le Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (PTCI), l’Accord sur les commerces des services (ACS), l’Accord économique et commercial global (AECG), l’Accord relatif aux transports internationaux de denrées périssables (ATP) et les accords de commerce et d’investissements similaires.

Résolution de mise en oeuvre : Financement de l’éducation

Résolution : L’engagement de la communauté


Calendrier des événements EI Site Web du Congrès de l’IE

← Précédent Le rapport du Sénat dénoncé par la FNC et le SCRC 22 juillet 2015
Suivant → La mission placée en situation de vulnérabilité 22 juillet 2015
Partager
Source
Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN)
Pour information
Timo Linsenmaier (Coordinateur principal
Communications
IE) - 613-806-1873
Andrew King (Coordinateur
Médias et Communications
IE) - 613-806-1873
Francine Filion (FCE) - 613-899-4247
Valérie Dufour (ACPPU) - 613-293-1810
Christine Marceau (CSQ) - 514-235-5082
France Désaulniers (FNEEQ-CSN) - 514-219-2947
Hans-Olivier Poirier Grenier (FQPPU) - 514-755-5858
Claude Fortin (FPPU) - 819-649-1822

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/privatisation-commercialisation-et-financement-de-leducation/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.