Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Quand interdira-t-on les concours de beauté pour fillettes au Québec ?

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

L’avenir se conjugue au nous

L’avenir se conjugue au nous

La Journée internationale des droits des femmes est l’occasion parfaite de réfléchir sur ce qui a…
Dispositions sexistes de la Loi sur l'assurance-emploi

Dispositions sexistes de la Loi sur l'assurance-emploi

Kim Bouchard, avocate au Mouvement action-chômage de Montréal, avec l’appui de 12 autres organismes* C’est avec…
Une salle en l’honneur de Claudette Carbonneau

Une salle en l’honneur de Claudette Carbonneau

Première femme à occuper la présidence de la CSN, Claudette Carbonneau a eu l’honneur de voir…
Concours Chapeau, les filles ! et son volet Excelle Science – Un engagement durable de la CSN

Concours Chapeau, les filles ! et son volet Excelle Science – Un engagement durable de la CSN

Depuis 25 ans, Chapeau, les filles ! honore des étudiantes qui optent pour un métier ou une…
Les mentalités ont la couenne dure

Les mentalités ont la couenne dure

Billet de Caroline Senneville, vice-présidente de la CSN Été 2020. Une autre vague de dénonciation d’agressions…
Femmes au front !

Femmes au front !

Nous sommes en guerre contre un ennemi invisible. Depuis que le gouvernement a déclaré l’état d’urgence…

Quand interdira-t-on les concours de beauté pour fillettes au Québec ?

Alors que la France a récemment interdit les concours de beauté mini-miss pour les moins de 16 ans, Québec refuse d’intervenir afin d’en empêcher la tenue. Un tel concours pour enfants doit d’ailleurs avoir lieu au mois de novembre à Laval et suscite de vives réactions.

La CSN se préoccupe de l’impact néfaste que ce type d’événements exerce sur les fillettes qui y participent. La vice-présidente de la CSN et responsable du dossier de la condition féminine, Denise Boucher, estime en effet qu’ils contribuent à banaliser l’idée trop largement diffusée par les médias et la publicité selon laquelle des filles de plus en plus jeunes doivent se montrer attirantes alors que les garçons doivent s’affirmer. « Le gouvernement a la responsabilité d’agir pour protéger les enfants et les femmes afin de contrer toute forme d’abus à leur égard. Il serait à propos que la ministre de la Condition féminine Agnès Maltais prenne les mesures qui s’imposent afin d’interdire des concours avilissants pour les enfants. »

Ces concours sont également inacceptables pour la directrice du développement et des programmes au Y des femmes de Montréal, Lilia Goldfarb, qui s’intéresse au phénomène de l’hypersexualisation des jeunes filles.

« Très tôt dans l’enfance, avec les petites princesses de Disney, on apprend aux petites filles à se valoriser par le fait qu’elles doivent être belles. Le concours de mini-miss existe depuis plusieurs années au Québec et vient encourager à outrance la sexualisation des fillettes. On leur demande de se montrer belles et sexy, de se maquiller et de s’habiller de telle sorte qu’elles reflètent l’image de femmes adultes. C’est très troublant. »

Pour signer la pétition contre les concours de mini-miss :

http://www.petitions24.net/mini-miss_au_quebec_non_merci

Pour savoir comment déposer une plainte concernant une publicité sexiste

http://www.ydesfemmesmtl.org/documents/Guide_deposer_une_plainte_YWCA.pdf

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket