Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Quand la raison fout le camp

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Tous dans le même bateau

Tous dans le même bateau

Les effets des changements climatiques se manifestent de plus en plus concrètement dans le monde du…
La dégelée

La dégelée

Le mot du président C’est toute une dégelée que le Parti libéral a subie le 1er octobre…
Prévenir les dégâts

Prévenir les dégâts

Pour cette nouvelle baladodiffusion, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien entre Jacques Létourneau, président…
De thème à valeurs fondamentales

De thème à valeurs fondamentales

On consacre souvent beaucoup de temps à leur création, on y réfléchit longuement, on en discute…
Conclusion d’une négociation d’une rare complexité

Conclusion d’une négociation d’une rare complexité

Le 23 septembre dernier, les membres du Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC–CSN) ont accepté à…
Victoire en Cour supérieure

Victoire en Cour supérieure

Le 6 juin dernier, une décision rendue par le juge Davis de la Cour supérieure est…

Pôle doc

2018-10_Point-Syndical_num2_breve-poledoc_CSN

Quand la raison fout le camp

« Le monde est devenu tellement individualiste ! » Expression si répandue qu’on peut la qualifier de lieu commun. Si nous parlions il n’y a pas si longtemps de la montée de l’individualisme, convenons que celui-ci est dorénavant bien intégré à notre mode de vie contemporain. Un des phénomènes découlant de cette fracturation des liens sociaux (la solitude en est un autre) serait l’omniprésence du recours à l’émotion comme rempart ou comme seule réponse possible à la dureté de la vie. Ainsi, la raison ne serait plus le ciment servant de base à la réflexion pour appréhender le monde dans lequel nous vivons.

Dans un essai remarquable titré La stratégie de l’émotion, Anne-Cécile Robert nous propose une réflexion sur le contrôle social qu’exercent les émotions, allant jusqu’à dire que « l’empire des affects met la démocratie en péril [car] il fait régresser la société sous nos yeux en transformant des humains broyés par les inégalités en bourreaux d’eux-mêmes, les incitant à pleurer plutôt qu’à agir ». En quelques chapitres, l’auteure expose la stratégie et la manière dont son arsenal se déploie dans la sphère sociale et politique, entre autres : l’extension du domaine de la larme à travers les manifestations collectives ; la course au fait divers et sa surutilisation dans le monde des médias (il faut bien huiler cette « mécanique de l’empathie » nécessaire à l’apitoiement collectif) ; la « mise en scène de l’impuissance » par nos responsables politiques (en effet, pourquoi chercher à s’activer devant ce fatalisme ambiant). Au final, on en vient à déclasser la raison au profit de l’émotion, à l’impossibilité d’un dialogue civique.

C’est dans la conclusion de cette excellente analyse que l’on peut soupirer d’espoir lorsque l’auteure nous dit que « la domination des affects n’est peut-être pas sans limites » ; ou lorsqu’elle se demande : « … l’émotion ainsi exprimée [dans l’espace collectif] ne traduit-elle pas une recherche confuse visant à […] retisser le lien social ? » Le phénomène serait donc transitoire… Une lecture pour nous ramener sur la voie de la raison.


Pour commander votre exemplaire : poledoc@csn.qc.ca

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket