Que faites-vous pour favoriser le français au boulot ?

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Des mesures qui ont enfin du mordant

Des mesures qui ont enfin du mordant

La CSN applaudit le dépôt du projet de loi sur la réforme de la loi 101…
Réforme des lois sur le statut de l’artiste: des engagements qui rassurent le secteur culturel

Réforme des lois sur le statut de l’artiste: des engagements qui rassurent le secteur culturel

L’APASQ, l’AQAD, l’ARRQ, la FNCC–CSN, la GMMQ, la SARTEC, TRACE, l’UDA et l’UNEQ saluent l’engagement des…
Une aide saluée pour soutenir le secteur culturel pendant la crise

Une aide saluée pour soutenir le secteur culturel pendant la crise

L’APASQ, l’AQAD, l’ARRQ, la FNCC–CSN, la GMMQ, TRACE, l’UDA et l’UNEQ saluent les efforts pour soutenir…
Oui à la réforme de la Charte de la langue française

Oui à la réforme de la Charte de la langue française

Le ministre Jolin-Barrette a annoncé à plusieurs reprises l’arrivée imminente d’un plan d’action costaud pour réformer…
La francisation, une tour de Babel aux cégeps de Saint-Laurent et Bois-de-Boulogne

La francisation, une tour de Babel aux cégeps de Saint-Laurent et Bois-de-Boulogne

En négociation depuis plus de 15 mois, les animatrices de francisation et les agentes d’intégration des…
Le droit de travailler en français doit être renforcé

Le droit de travailler en français doit être renforcé

Le ministre Simon Jolin-Barrette a récemment annoncé son intention de redonner ses lettres de noblesse à…

19 mars, journée sur la francisation en milieu de travail

Que faites-vous pour favoriser le français au boulot ?

Le français est-il en recul dans nos milieux de travail ? Le bilinguisme est-il en train de devenir la norme, au détriment du français, particulièrement à Montréal?

Quelques 150 personnes, des syndicats CSN, conseils centraux et fédérations se sont réunies au Quai Jacques-Cartier dans le Vieux-Port de Montréal pour aborder ces enjeux, dans le cadre de la semaine de la Francophonie.

Ils ont d’abord regardé un condensé du documentaire «La langue à terre» des réalisateurs Jean-Pierre Roy et Michel Breton. Le film soulève des questions inquiétantes sur la bilinguisation de la métropole et de la jeunesse québécoise. «La loi 101 devait produire des Québécois qui parlent français, qui parlent bien le français. Elle a plutôt produit des Canadiens bilingues», analyse le journaliste du Devoir, Christian Rioux dans le film. Le ton de la vidéo était donné. Des conférenciers ont également échangé avec le groupe. Éric Bouchard, de la coalition Partenaires pour un Québec français (dont la CSN fait partie) s’est inquiété du poids démographique et politique en décroissance des francophones du Québec. L’avocat Éric Poirier, lui, a rappelé les limites de la loi 101 pour imposer le français.

En équipe puis en plénière, les participants ont pu discuter de leur réalité linguistique au travail et de son évolution au fil des ans, ainsi que des perspectives d’avenir. Aussi, les syndiqués ont partagé leurs bons coups pour valoriser le français dans les milieux de travail.

La journée s’est terminée sous le signe de l’humour grâce à un monologue de Nabila Ben Youssef, Québécoise d’adoption et Tunisienne d’origine, «Québésienne», comme elle se plaît à en rire. Au menu : immigration, intégration, religion, langue et folklore. «Après 20 ans, je suis pleinement intégrée. Je rêve aussi que le Canadien gagne la coupe Stanley. Vous voyez que je ne suis pas croyante ! »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket