Répondants médicaux d’urgence : une minute qui change la donne

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

La FTQ, la CSN et la CSQ demandent une banque de congés d’isolement de 10 jours

« Pour s’assurer que les consignes de la Santé publique puissent être respectées, encore faut-il que…
Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Distribution 2020 : une première journée de grève aujourd’hui

Le Syndicat des employé-es de Distribution 2020 (CSN), une quincaillerie spécialisée, annonce la première journée de…
Résidences privées pour aîné-es : la FTQ et la CSN revendiqueront un salaire minimum à 18 $ l’heure

Résidences privées pour aîné-es : la FTQ et la CSN revendiqueront un salaire minimum à 18 $ l’heure

La FTQ et la CSN coordonneront leurs négociations dans le secteur des résidences privées pour aîné-es…
Lancement de la négociation en santé et services sociaux : des solutions pour épauler le personnel

Lancement de la négociation en santé et services sociaux : des solutions pour épauler le personnel

Les délégué-es de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ont rendu visite…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…

Nouvelles CSN

2020-05_appel-urgence-covid_CSN

Répondants médicaux d’urgence : une minute qui change la donne

« Une chance qu’on a une diminution des appels. » C’est le son de cloche des répartiteurs et des répartitrices ainsi que des répondantes et des répondants médicaux d’urgence (RMU). Avec les nouveaux protocoles mis en place pour la COVID-19, la durée des appels s’est accrue d’une minute, passant d’environ trois minutes et demie à quatre minutes et demie. Étant des intervenants de première ligne, avant même l’intervention des paramédics, les RMU doivent s’assurer de bien cerner la situation afin d’éviter de mettre les personnes en danger et, dans la situation présente, de les exposer à des cas suspectés de COVID-19.

« Une minute, pour nous, c’est très long », souligne Marjorie Guay, RMU à Québec. « Ce qui nous a aidés, c’est la diminution des appels à l’échelle du Québec. Les gens ne sortaient plus, on recevait moins d’appels pour des chutes, des accidents, des pertes de connaissance. Avec le déconfinement, ça remonte en flèche. »

Comme pour plusieurs corps d’emplois en santé et services sociaux, les RMU souffraient d’une pénurie de personnel depuis un bon moment.  À Québec, pour s’assurer de pouvoir combler les besoins, on a décidé de suspendre les libérations syndicales. Heureusement, plusieurs embauches ont eu lieu dans les dernières semaines.

Ce qui inquiète cependant Marjorie Guay, c’est le déconfinement. « Quand les gens recommenceront à sortir, dans le contexte de notre protocole de pandémie, ça risque de créer une réelle surcharge. On a demandé qu’un protocole Oméga soit mis en place afin de nous permettre de faire un centre de triage secondaire et de réorienter les appels ne nécessitant pas une ambulance vers le 811, et de répondre en priorité aux appels qui requièrent des paramédics. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket