Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Hilton Tremblant : l’employeur recule sur ses positions à la table de négociation

Hilton Tremblant : l’employeur recule sur ses positions à la table de négociation

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs du Hilton Homewood Suites de…
Une autre occasion manquée avec une menace de fermeture de surcroît

Une autre occasion manquée avec une menace de fermeture de surcroît

Les espoirs étaient grands et c’est pourquoi tous les projecteurs étaient dirigés vers le dossier épineux…
Le syndicat du Hilton Tremblant demande le retour de l’employeur à la table de négociation

Le syndicat du Hilton Tremblant demande le retour de l’employeur à la table de négociation

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs de l’hôtel Hilton de Tremblant…
Nouvelle convention collective chez Mitchel Lincoln

Nouvelle convention collective chez Mitchel Lincoln

Les trois semaines de lock-out décrétées chez Mitchel Lincoln ne seront pas venues à bout de…
Les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada rentrent au travail la tête haute

Les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada rentrent au travail la tête haute

Réunis en assemblée générale, les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada, mis en lock-out le…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…

Lock-out

IMG_4194

Rolls-Royce Canada poursuit 150 lock-outés

Aujourd’hui, au Palais de justice de Montréal, quelque 150 lock-outé-es de Rolls-Royce Canada plaideront non coupable à des accusations d’outrage au tribunal portées par l’entreprise. Il s’agit d’une nouvelle tentative de Rolls-Royce pour déstabiliser et intimider les salarié-es qui osent refuser le gel des salaires et la fermeture de leur régime de retraite à prestations déterminées exigés par l’entreprise. Le lock-out des 530 travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada sévit depuis le 15 mars 2022. 

« Ce nouveau recours déposé par Rolls-Royce nous apparaît infondé, explique la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN), Dominique Daigneault. Les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce ont respecté scrupuleusement les lois de même que les injonctions qui ont été émises. Ils ne se laisseront pas intimider par l’entreprise. C’est pourtant Rolls-Royce qui bafoue les lois du Québec, notamment en ayant recours à des briseurs de grève, ce que l’entreprise a dû reconnaître récemment devant le Tribunal administratif du travail (TAT). »

Dans sa poursuite, Rolls-Royce allègue que les salarié-es ont contrevenu à certaines injonctions en manifestant… dans des parcs ! Les injonctions en question limitent le nombre de piqueteurs pouvant se trouver à dix mètres de la résidence d’un cadre. Or, les rassemblements se sont déroulés à bien plus grande distance que celle exigée par le tribunal.

« Rolls-Royce fait preuve de beaucoup de créativité pour trouver des moyens de mettre la pression sur nous en espérant que nous rentrerons à genoux, déplore le président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada–CSN, Frédéric Labelle. Si elle en faisait autant à la table de négociation, ce conflit serait réglé depuis longtemps ! Le succès de Rolls-Royce, la réputation mondiale d’excellence de notre usine ne sont pas tombés du ciel : ce sont les fruits de notre travail, de notre engagement. Nous réclamons notre juste part. Nous n’abandonnerons pas ! »

Rappelons que Rolls-Royce Canada, qui se spécialise dans l’entretien des moteurs d’avion, veut imposer deux années de gel salarial à ses 530 salarié-es et mettre fin au régime de retraite à prestations déterminées. De leur côté, les travailleuses et les travailleurs demandent un contrat de travail de cinq ans et veulent notamment éliminer les clauses « orphelin » du régime de retraite et de l’assurance collective, améliorer les salaires et les horaires de travail et bonifier les congés. La convention collective est échue depuis mars 2020.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket