Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Selon deux chercheurs, seuls les plus richesbénéficient de la présence du privé dans le réseau de la santé

Du même SUJET

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Il faut stabiliser le personnel qui s'occupe de l'intégration des immigrantes et immigrants au Québec

Alors que la pénurie de main-d’œuvre va continuer encore longtemps – on estime à 1,4 million le…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Premières conventions collectives pour le secteur de l’archéologie au Québec

Après avoir porté à 10 le nombre d’entreprises spécialisées en recherche archéologique à être syndiquées au…
Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Les lock-outés d’Oldcastle arrachent des gains importants

Après plus d’une semaine passée à la rue, résultat d’un lock-out sauvage décrété après sept heures…
Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN acceptent l’entente de principe

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Le privé ne réduit pas l'attente au public

Selon deux chercheurs, seuls les plus richesbénéficient de la présence du privé dans le réseau de la santé

par André Noël

Le recours au secteur privé dans le réseau de la santé ne diminue en rien le temps d’attente pour les soins médicaux et chirurgicaux, a affirmé hier l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), en s’appuyant sur de nombreux rapports et études. Sauf pour les plus riches, a ajouté le groupe, situé à Montréal.

Les entreprises privées n’ont simplement pas la capacité de désengorger le système public et de rendre plus accessibles les soins de santé pour la population, ont soutenu les chercheurs, Guillaume Hébert et Jean-François Landry, en citant un rapport de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

« Les assurés d’un régime privé peuvent en particulier bénéficier de délais plus courts pour la chirurgie élective, constate l’OCDE, organisation qui regroupe surtout les pays développés. Mais rien ne permet de dire que cela réduit du même coup les temps d’attente dans le secteur public, qui est le seul choix possible pour les catégories à faible revenu. »

L’OCDE ajoute que l’accès à l’assurance maladie privée est « souvent inéquitable, du fait surtout que ce sont généralement les catégories à haut revenu qui souscrivent à ce types d’assurances ». Seules les personnes nanties bénéficient de la présence du privé dans le domaine de la santé, ont déclaré MM. Hébert et Landry.

Les deux chercheurs ont étudié les systèmes de santé de plusieurs pays et donné l’exemple de l’Australie, qui a accru la part du privé à la fin des années 1980 : « Lors de l’instauration de la réforme, les promoteurs du secteur privé affirmaient que les listes d’attente allaient diminuer et que les coûts du système public seraient désormais mieux contrôlés. Pourtant, 15 ans après la réforme, les tendances ne vont pas en ce sens. Les listes d’attente n’ont pas diminué et les coûts du système public ont augmenté. »

Les patients australiens qui ont les moyens vont se faire traiter dans le secteur privé, lequel mobilise plus de médecins. Par conséquent, les mêmes médecins sont moins disponibles pour le secteur public, si bien que les longues listes d’attente y restent la norme. Pourtant, la diminution du temps d’attente est sans cesse évoquée au Canada pour accroître la part du privé, notent les chercheurs.

C’est pour répondre à ce problème que la Cour suprême a permis un recours, limité, aux polices d’assurance santé privées. Le gouvernement québécois a aussi annoncé vouloir réduire les temps d’attente lorsqu’il a permis le financement privé de certaines opérations et encouragé des opérations chirurgicales dans des cliniques privées comme RocklandMD.

MM. Hébert et Landry s’attendent à ce que Claude Castonguay recommande une participation encore plus importante du privé lorsqu’il remettra son rapport sur le financement du réseau de la santé, vendredi. M. Castonguay affirme depuis longtemps que le Québec n’a plus les moyens de s’offrir un système de soins de santé universel. Les deux chercheurs contestent cette affirmation et soutiennent que le réseau public de santé n’a pas connu et ne connaîtra pas une explosion des coûts.

Ce sont dans les pays qui accordent la plus grande part au privé que le système de santé coûte le plus cher, ajoutent-ils. Les États-Unis en sont un exemple flagrant, soulignent-ils. Un article paru la semaine dernière dans le New England Journal of Medicine(NEJM) dénonce d’ailleurs la catastrophe financière que représente le système de santé américain.

« Le formidable échec des États-Unis à juguler les coûts médicaux est avant tout le résultat de la commercialisation envahissante, un phénomène unique en son genre, écrit un chercheur dans le NEJM. Les profits, la facturation, le marketing et les coûts inutiles des bureaucraties privées siphonnent de 400 à 500 milliards de dollars par année. »


Source : La Presse, page A-9 – 12 février 2008

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket