Discours inaugural du premier ministre Couillard

21 mai 2014

Un discours sans surprise qui maintient le cap sur l'austérité, dit la CSN

« Ce n'est pas en changeant les mots que le premier ministre réussira à changer le sens des politiques d'austérité, a réagi le président de la CSN, Jacques Létourneau, au discours inaugural prononcé par le premier ministre Couillard, aujourd'hui. N'ayons pas peur des mots, il s'agit d'un discours sans réelle surprise, qui maintient plus que jamais le cap sur l'austérité et les compressions dans les services publics et les programmes sociaux. »

« Ce n’est pas en changeant les mots que le premier ministre réussira à changer le sens des politiques d’austérité, a réagi le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau, au discours inaugural prononcé par le premier ministre Couillard, aujourd’hui. N’ayons pas peur des mots, il s’agit d’un discours sans réelle surprise, qui maintient plus que jamais le cap sur l’austérité et les compressions dans les services publics et les programmes sociaux. »

Selon le porte-parole de la CSN : « Où nous ont conduit 20 ans de tentatives pour atteindre le déficit zéro, sinon à réduire le rôle de l’État dans sa mission à offrir des services et des programmes qui répondent aux besoins de sa population, des économies régionales ? »

Commission sur la fiscalité

La CSN demande au premier ministre que la commission sur la fiscalité soit publique. La population et les groupes de la société civile doivent pouvoir y participer. « L’étude des questions qui concernent la fiscalité, le financement des services et des programmes sociaux ne doit pas être laissée qu’à des pseudo-experts, a poursuivi Jacques Létourneau. En outre, nous ne sommes pas d’accord avec les buts que poursuit le premier ministre avec cette commission : la finalité des politiques fiscales doit plutôt permettre un financement adéquat des services et une juste redistribution de la richesse. Nous voulons y être entendus. » Négociation du secteur public

Le premier ministre Couillard dit vouloir prôner de nouvelles façons de faire dans les négociations qui commenceront l’automne prochain avec le Front commun pour le renouvellement des conventions collectives dans le secteur public. « Il parle d’un partage des bénéfices, une vision qui cache cette idée que les travailleuses et les travailleurs qui dispensent les services à la population doivent être plus productifs pour obtenir des hausses salariales, a mentionné Jacques Létourneau. Mais un hôpital ou une école, ce n’est pas une chaîne de montage. On devrait plutôt considérer la réalité que les employé-es de l’État sont surchargés, en raison de toutes ces années d’austérité et de sous-financement, causant de graves problèmes de santé sur les plans physique et psychologique. Comment peut-il croire qu’en augmentant la cadence, les services seront mieux donnés ? »

La CSN salue tout de même la poursuite de la lutte aux changements climatiques, celle de l’électrification des transports et la relance de l’industrie navale. Mais le retour à la construction des minicentrales électriques est vraiment un non-sens, en particulier sur le plan environnemental.

← Précédent Plus de 10 000 manifestants devant l'Assemblée nationale 21 mai 2014
Suivant → Le Syndicat des travailleuses et des travailleurs des organismes communautaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CSN) accueille un deuxième groupe dans ses rangs 22 mai 2014
Partager
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Louis-Serge Houle Directeur du Service des communications de la CSN
514 792-0795
twitter.com/LSHoule

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/un-discours-sans-surprise-qui-maintient-le-cap-sur-lausterite-dit-la-csn/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.