Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Un gain pour les grévistes de DEMIX

Du même SUJET

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

À la suite d’un vote d’une banque de cinq jours de grève adoptée le 5 juin dernier,…
Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es en grève de la Commission des droits de la personne et des droits de…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Lockout

Un gain pour les grévistes de DEMIX

Après la grève déclenchée le 24 septembre dernier, les employé-es de DEMIX ont une fois de plus manifesté devant l’usine de St-Hubert aujourd’hui. Les chauffeurs des bétonnières, qui ont été sauvagement placés en lock-out trois heures après le déclenchement de leur grève, ont eu gain de cause vendredi dernier en obtenant une ordonnance provisoire.

« L’employeur a cherché à nous briser en faisant appel à son concurrent, Lafarge, pour transporter le béton. La décision du Tribunal administratif du travail est sans équivoque : les employé-es de Lafarge ne peuvent accomplir notre travail tant et aussi longtemps que cette grève durera », s’est exclamé le président du syndicat, Patrick Durand.

« Nous appelons Demix à faire preuve de gros bon sens et à se présenter de bonne foi à la table de négociation. Avec la pandémie qui perdure et l’hiver qui est à nos portes, il est insensé de laisser ses employé-es sur le trottoir ! » de souligner Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie.

Sans convention collective depuis le 30 avril 2020, les chauffeurs des bétonnières réclament notamment la parité salariale avec les employé-es des usines de LaSalle et de Longueuil, les chauffeurs de ces deux usines gagnant 3 $ de plus l’heure que leurs collègues pour le même travail effectué. « La Fédération de l’industrie manufacturière ainsi que tous ses syndicats sont derrière les employé-es de l’usine DEMIX–St-Hubert. Nous les soutiendrons tant qu’il le faudra ! », renchérit le président de la fédération, Louis Bégin.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket