Un moratoire s’impose avant de nouveaux déploiements

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les chargé-es de cours de l’UQAR préparent un vote de grève

Les chargé-es de cours de l’UQAR préparent un vote de grève

Devant le dépôt d’offres salariales nettement insuffisantes, les 700 membres du Syndicat des chargées et chargés…
Une entente de principe adoptée à 76 % par les profs de l’UQO

Une entente de principe adoptée à 76 % par les profs de l’UQO

Aujourd’hui, le 15 mars 2023, en assemblée générale, le Syndicat des professeures et professeurs de l’Université…
La langue devrait être maîtrisée avant les études supérieures 

La langue devrait être maîtrisée avant les études supérieures 

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) souligne le paradoxe entre le…
Les personnes chargées de cours de l’UQO se dotent d’un mandat de grève générale

Les personnes chargées de cours de l’UQO se dotent d’un mandat de grève générale

Réunies en assemblée, hier soir, les personnes chargées de cours de l’Université du Québec en Outaouais…
L’UQAR doit protéger ses chargé-es de cours des propos orduriers

L’UQAR doit protéger ses chargé-es de cours des propos orduriers

« Le prof a un niveau mental d’un élève de troisième année. » « Il doit retourner à son…
La ministre Pascale Déry devrait présenter ses priorités

La ministre Pascale Déry devrait présenter ses priorités

La CSN, la centrale syndicale la plus représentative en enseignement supérieur au Québec, estime que Pascale…

Universités et cégeps

Photo : Simon Villeneuve |  Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0
Photo : Simon Villeneuve | Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Un moratoire s’impose avant de nouveaux déploiements

Après la multiplication de centres d’études collégiales et d’antennes universitaires au cours des dernières années, la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQCSN) et la Fédération des professionnèles (FPCSN) s’interrogent sur les intentions du ministère de l’Enseignement et de l’Éducation supérieur (MEES) de permettre la création de nouveaux campus universitaires sans consultation et sans étude approfondie.

« C’est avec stupéfaction que nous avons appris dans les médias le projet de création d’un campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) à Terrebonne alors que l’UQAM et l’Université de Montréal offrent déjà des programmes dans la région de Lanaudière. Tout cela se passe vraisemblablement avec la complicité intéressée des autorités politiques locales poussées par le développement immobilier. Les établissements d’enseignement supérieur sont publics et les créations de campus satellites créent une concurrence indue entre eux », déclare le vice-président, regroupement université à la FNEEQCSN, Richard Bousquet.

Un moratoire s’impose
Si les créations de campus ont, par le passé, assuré une plus grande accessibilité de l’enseignement supérieur, la majorité des initiatives des dernières années n’ont aucune visée académique : elles relèvent davantage d’une course à la clientèle sans considération sur la cohésion de l’offre de programmes d’un territoire donné, sur les conditions d’études et de travail ainsi que sur la vie au sein des campus. L’ouverture de nouveaux points de service même à Montréal par les établissements d’enseignement des régions doit aussi être réévaluée.

« Nous exigeons un moratoire sur le déploiement des centres d’études collégiales et universitaires. La construction de nouveaux campus accroît les dépenses immobilières et il ne semble pas qu’elle s’accompagne d’une augmentation des effectifs étudiants. Si un nouveau campus peut sembler attrayant, il faut tout de même s’assurer que celui-ci n’en videra pas un autre », soutient la vice-présidente, secteur universitaire à la FPCSN, Louise Briand.

Rappelant le rapport des États généraux de l’enseignement supérieur, la FNEEQCSN et la FPCSN réitèrent la nécessité de créer des organismes de coordination du développement des réseaux collégial et universitaire, composés majoritairement de membres issus de la communauté collégiale et universitaire (professeur-es, chargé-es de cours, personnel professionnel et de soutien, étudiantes et étudiants) afin de freiner la compétition entre les établissements et assurer un déploiement basé sur l’intérêt public et la formation des étudiantes et étudiants.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket