Un retard toujours important

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Syndicats de Demix contre 'Optimizer' : une mobilisation de longue haleine

Syndicats de Demix contre 'Optimizer' : une mobilisation de longue haleine

Pour cette nouvelle baladodiffusion, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien entre Jean Lortie, secrétaire…
La risée

La risée

Le mot du président Bombardier Aviation qui abolit 2500 emplois au Québec. Lowe’s qui décide de…
Sortir du cadre traditionnel

Sortir du cadre traditionnel

« Nous sommes sur la ligne de départ. Ensemble, nous lançons les travaux de la prochaine…
De quoi bâtir un mouvement

De quoi bâtir un mouvement

L’Accueil Bonneau est dorénavant un milieu de travail syndiqué. Une première pour cette institution fondée en…
Wagons Azur : Une confirmation bienvenue

Wagons Azur : Une confirmation bienvenue

Deux syndicats de la Fédération de l’industrie manufacturière–CSN — le Syndicat des employés de Bombardier La…
Restauration : des bonnes conditions avec ça ?

Restauration : des bonnes conditions avec ça ?

Rarement la rue principale de Granby avait été aussi bruyante. Le 19 octobre dernier, une cinquantaine…

Rémunération dans les services publics

2018-12-06_PS3_renumeration-sp_CSN

Un retard toujours important

Les résultats de l’enquête annuelle de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ), publiée le 29 novembre dernier, révèlent que le retard salarial du secteur public s’élève à 13,7 % alors qu’il était de 13,9 % l’année passée. Du côté de la rémunération globale — qui inclut le salaire, le régime de retraite et les autres avantages sociaux —, on observe une diminution du retard qu’accusent les employé-es de l’État par rapport aux autres salarié-es québécois. Ce retard a diminué de deux points de pourcentage pour s’établir à 6,6 % en 2018.

Pour le président de la CSN, Jacques Létourneau : « Avec des surplus budgétaires annoncés de plusieurs milliards de dollars, le gouvernement du Québec, qui est le plus grand employeur, n’a pas d’excuse pour refuser d’offrir des conditions salariales justes et équitables à tous ceux et celles qui choisissent de prendre soin, d’éduquer, de donner des services à la population. L’apport à la société québécoise de ces hommes et surtout de ces femmes, qui comptent pour plus de 75 % des employé-es du secteur public, doit être considéré à sa juste valeur ».

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket