Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une délégation canadienne sur place

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Journée d’action pour les droits humains en Colombie

Journée d’action pour les droits humains en Colombie

Des organisations de la société civile canadienne dénoncent l’inaction du gouvernement du Canada face à la…
Relever les salaires plutôt que lever des murs !

Relever les salaires plutôt que lever des murs !

Vingt-trois ans après son entrée en vigueur, l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), est revenu à l’avant-plan…
La grande menace est à nos portes

La grande menace est à nos portes

Partout sur la planète, le populisme d’extrême droite fait des ravages. L’élection de Donald Trump en…
Le Canada adhère enfin à la Convention 98 sur la liberté de négociation de l’OIT

Le Canada adhère enfin à la Convention 98 sur la liberté de négociation de l’OIT

Pas moins de 68 ans après son adoption par l’Organisation internationale du travail (OIT), le Canada…
Pour un syndicalisme international

Pour un syndicalisme international

Pays basque Effervescence syndicale Les huit dernières années ont été mouvementées au Pays basque, frappé de…
Une arme de destruction massive des solidarités

Une arme de destruction massive des solidarités

Lors du séminaire portant sur le populisme de droite, des syndicalistes de divers pays nous ont…

Une pétrolière canadienne sous examen devant un tribunal populaire colombien

Une délégation canadienne sur place

À l’initiative du Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC), plusieurs représentantes et représentants d’organisations sociales et syndicales québécoises et canadiennes participent à une mission de solidarité et d’observation dans le cadre d’une audience destinée à l’examen des pratiques de la pétrolière canadienne Pacific Rubiales Energy (PRE) en Colombie. Cette audience constitue une étape du Tribunal populaire sur les politiques extractives, organisé par des organisations sociales colombiennes dont l’Union sindical obrera (USO), le syndicat pétrolier national.

Pacific Rubiales Energy en Colombie

Pacific Rubiales Energy, une société canadienne, est la plus importante pétrolière étrangère en Colombie. Elle produit 40 % du pétrole brut colombien et emploie plus de 15 000 travailleurs. Plus de 90 % des employés travaillent en sous-traitance, en deça du salaire minimum de l’industrie du pétrole en Colombie. Depuis 2011, un conflit de travail oppose l’entreprise aux communautés vivant près de ses champs pétrolifères ainsi qu’à ses travailleurs. En septembre 2011, en présence de l’ambassade canadienne, PRE et l’USO sont arrivés à une entente, qui n’est pas pourtant respectée par l’entreprise. En décembre 2012, un travailleur sous-traitant de PRE a été menacé de mort, puis assassiné. Tout porte à croire que ce meurtre soit le résultat de ses activités syndicales. L’entreprise a aussi créé une liste des travailleurs affiliés à l’USO afin qu’ils ne puissent plus travailler dans la région. Malgré tout cela, le gouvernement canadien refuse d’intervenir davantage auprès de PRE. Amir Khadir, député du parti d’opposition québécois Québec solidaire faisant partie de la délégation, dénonce cette situation et demande au gouvernement canadien d’agir auprès de Pacific Rubiales Energy dont le comportement nuit à la réputation du Canada en Colombie. Dave Coles, président du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP), le plus grand syndicat national, fait aussi partie de la délégation canadienne. «Pacific Rubiales est responsable de la création d’un violent conflit au sein duquel les travailleurs affiliés à l’USO font non seulement face à des menaces et de la violence, mais un d’entre eux a aussi payé de sa vie, » dit M. Coles. « Ceci est une tache sur la réputation de toute l’industrie extractive du Canada » continue-t-il, demandant aux politiciens de se « sortir la tête du sable et d’agir en imposant un moratoire sur toutes les concessions extractives en Colombie jusqu’à ce que le pays ait amélioré ses politiques. Présentement, les entreprises extractives exploitent les travailleurs et l’environnement dans une poursuite aveugle de profits».

L’audience de Pacific Rubiales Energy

L’audience se tiendra les 13 et 14 juillet à Puerto Gaitan, dans la région où l’on retrouve les champs pétrolifères exploités par PRE. Des travailleuses et travailleurs ainsi que des résidentes et résidents de la région seront appelés à comparaître afin de témoigner des agissements de l’entreprise. L’ambassade canadienne a décliné l’invitation à assister à l’exercice. « Le gouvernement a signé avec le gouvernement colombien un accord de coopération dans le domaine du travail en même temps qu’il a signé l’Accord de libre-échange Canada-Colombie. Cet accord stipule que chacun des États doit incorporer et protéger les principes et les droits reconnus dans le domaine du travail, notamment les droits fondamentaux issus de la Déclaration de l’Organisation internationale du travail (OIT) de 1998 tels que la liberté d’association et le droit de négociation collective, qui inclut le droit de grève. Toutefois, depuis l’entrée en vigueur de ces accords, la situation des droits du travail n’a pas changé en Colombie et la plus importante société pétrolière étrangère en Colombie est une compagnie canadienne qui se trouve au cœur d’un conflit depuis deux ans. Que fait notre gouvernement? » se questionne Guy Martin, de la Confédération des syndicats nationaux (CSN). « Non seulement, les droits des travailleurs ne sont pas respectés, mais selon les sources sur le terrain, on observe aussi des violations des droits sociaux, environnementaux et culturels des communautés, notamment chez les autochtones. Les communautés autochtones vivant près des champs de pétrole font aussi partie des plaignants qui seront entendus lors de l’audience » d’ajouter Terry-Lynn Brant de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC). « Les témoins qui seront sous les projecteurs lors de cette audience sont susceptibles d’être victimes de diverses menaces avant, pendant et après l’audience. C’est pourquoi la présence de la délégation canadienne est très importante, afin de donner une visibilité à ce processus populaire, mais aussi afin d’assurer la sécurité des témoins » de conclure Constance Vaudrin, de l’Americas Policy Group (APG). La séance finale du Tribunal populaire aura lieu les 16, 17 et 18 août à Bogota. Les membres de la délégation canadienne participeront à une conférence de presse à Montréal par la suite afin de faire connaître les conclusions du Tribunal populaire. La délégation canadienne est constituée représentantes et représentants de neuf organisations : le parti Québec Solidaire, la Confédération des syndicats nationaux (CSN), le Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP), l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), l’Americas Policy Group (APG), le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP), le Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), CASA – Toronto (Colombia Action Solidarity Alliance) et le Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC).

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket