Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une opération risquée et précipitée dénonce la CSN

Du même SUJET

Avoir le courage d'un réseau de la santé au service du bien commun

Avoir le courage d'un réseau de la santé au service du bien commun

Le bilan des 20 ans du modèle des groupes de médecine familiale publié par l’IRIS nous…
Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Laissé pour compte dans les règlements intervenus au cours des dernières années, le personnel de bureau…
Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Dans son dernier rapport déposé ce matin, la Vérificatrice générale affirme que des lacunes graves ont…
Faire du réseau un employeur de choix ? Oui et ça presse !

Faire du réseau un employeur de choix ? Oui et ça presse !

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accueille avec ouverture le plan présenté mardi par le ministre…
Projet de loi 15 en protection de la jeunesse : Ce ne doit pas être la fin, mais le début

Projet de loi 15 en protection de la jeunesse : Ce ne doit pas être la fin, mais le début

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) appuie globalement le projet de loi 15 modifiant la Loi sur…
Pas de refondation sans décentralisation

Pas de refondation sans décentralisation

Caroline Senneville, présidente de la CSN Depuis quelques semaines, le gouvernement annonce son intention de procéder…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Transfert des travailleurs sociaux vers les GMF

Une opération risquée et précipitée dénonce la CSN

Des centaines de membres du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux ont dénoncé, ce midi, le transfert des professionnel-les des CLSC vers des groupes de médecine de famille (GMF). Ce drainage de ressources au profit d’établissements privés soulève des inquiétudes quant à l’accessibilité aux services professionnels offerts actuellement par les CLSC. La CSN réclame un moratoire sur ces transferts.

Une douzaine de professionnel-les en travail social du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal ont ainsi appris ce matin qu’ils seraient transférés vers des groupes de médecine de famille. De tels transferts sont d’ailleurs annoncés partout au Québec. Ils quitteront donc les CLSC, d’où ils offrent actuellement des services accessibles à une large clientèle en fonction de leurs besoins, pour se joindre à des cliniques privées. Pour les consulter, les citoyennes et les citoyens devront être inscrit au GMF pour avoir accès aux services. Qu’adviendra-t-il des personnes qui ne sont pas inscrites au GMF et qui doivent consulter en CSLC un professionnel ? Quels seront les services qui demeureront en CLSC à la suite des transferts ? Voilà des questions importantes auxquelles tant le ministère que les établissements n’ont pas répondu jusqu’à maintenant et qui inquiètent, compte tenu du grand nombre de personnes qui n’ont pas accès à un médecin de famille.

L’accessibilité aux services de travailleurs sociaux dans l’Est de l’Île risque donc d’écoper et ce sont les personnes les plus vulnérables de notre société qui en pâtiront, celles qui, pour toutes sortes de raisons, se trouvent en marge du système. Enfin, cette décision affaiblira encore davantage nos CLSC et par conséquent leur mission.

De plus, les travailleuses et les travailleurs sociaux, habitués à travailler dans un contexte d’autonomie professionnelle et d’interdisciplinarité avec des professionnel-les de la santé et des services sociaux de divers horizons, se trouveront dorénavant sous l’autorité des médecins qui effectueront la référence du patient et élaboreront la description des tâches du professionnel. La CSN exige un moratoire immédiat sur ces transferts afin de permettre une véritable consultation des intervenants et des usagers. De plus, la CSN craint que les impacts de cette décision n’aient pas été adéquatement mesurés. Elle a d’ailleurs lancé une pétition sur le site de l’Assemblée nationale pour exiger ce moratoire.

« Les CLSC remplissent pourtant très bien leur rôle social, rappelle le vice-président de la CSN, Jean Lacharité. En choisissant de miser sur une augmentation du nombre de cliniques privées (GMF et supercliniques) pour développer les soins de première ligne, au lieu de consolider le réseau public, le gouvernement faisait déjà un choix dangereux, selon nous. Cette fois, ça dépasse l’entendement… Pourquoi briser ce qui fonctionne bien sans prendre en compte les risques ? On ne parle pas d’un projet-pilote ici, ça se déroule comme ça à la grandeur du Québec actuellement, à toute vapeur, sans consultation ».

La vice-présidente de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Mélissa Gaouette, se désole de voir se matérialiser les principales craintes émises dès les premières annonces suivant l’assermentation de Gaétan Barrette. « Il est de plus en plus clair que pour le Dr Barrette, les services sociaux, c’est secondaire. Nous avions d’importantes réserves à voir l’ensemble des services sociaux de proximité passer sous la gouverne du médical dans des méga-établissements où ils risquent d’être utilisés uniquement dans le but de rentabiliser la pratique du médecin. On a l’impression que ce sont les intérêts corporatistes des médecins qui passent avant tout le reste ! »

Pour la vice-présidente de la Fédération des professionnèles (FP–CSN), Nancy Corriveau, la population québécoise doit réagir de toute urgence. « Le gouvernement est en train de jouer avec un droit fondamental, le droit à l’accès aux services de santé et sociaux en fonction de nos besoins. Une bonne partie des usagers éprouve des difficultés socioéconomiques et c’est là un déterminant majeur de la santé. Qui va leur expliquer que leur CLSC, facile d’accès, n’offre dorénavant plus les services dont ils ont besoin ? Ce ne seront certainement pas les travailleurs sociaux affectés à l’accueil psychosocial des CLSC, puisque ceux-ci seront transférés dans les GMF ! »

À propos
La CSN est composée de près de 2000 syndicats et regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec. Dans le réseau public de santé et les services sociaux, les syndicats CSN comptent plus de 120 000 membres.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket