Services de sage-femme

Une victoire pour les femmes du sud-ouest de Montréal

Mounia Amine, présidente du Regroupement Les Sages-femmes du Québec, et Claudia Faille, responsable des services de sage-femme à la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles
Les services de sage-femme sont encore trop peu connus et des problèmes d’accessibilité demeurent.
Par Camille Godbout
Partager

Le jeudi 28 novembre, la Clinique communautaire Pointe-Saint-Charles a inauguré un nouveau service sous son toit : le suivi sage-femme. C’est grâce à des années de mobilisation citoyenne, menée en grande partie par le collectif citoyen Naître à la Pointe, que ce projet a vu le jour. Une équipe de cinq sages-femmes, deux aides natales et une responsable, offriront des services tels que le suivi pré et postnatal, l’accouchement à la maison ou à l’hôpital, des visites à la maison, ainsi qu’un accompagnement pour l’allaitement.

« L’ajout des services de sage-femme à Pointe-Saint-Charles s’est concrétisé à la demande de la population du quartier, une demande en croissance constante. Être sur une liste d’attente lors qu’on est enceinte, c’est inacceptable. Je me réjouis qu’un plus grand nombre de femmes puissent véritablement choisir qui les accompagnera pour leur suivi de maternité, et où elles accoucheront », a souligné Claudia Faille, responsable des services de sage-femme à la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles.

Malheureusement, les services de sage-femme sont encore trop peu connus et des problèmes d’accessibilité demeurent. Malgré une demande supérieure à l’offre, à peine 4 % des femmes ont accès à ces services, bien que le ministère de la Santé et des Services sociaux se soit fixé une cible de 10 % dans le cadre de sa Politique de périnatalité 2008-2018. Si une centaine de femmes peuvent maintenant bénéficier de ces services dans Pointe-Saint-Charles qui, rappelons-le, sont entièrement couverts par l’assurance-maladie, il reste encore beaucoup à faire pour voir naître d’autres points de service et de maisons de naissance.

← Précédent S’organiser pour susciter l’action collective 10 décembre 2019
Suivant → À l’écoute ? 10 décembre 2019