Les assurances collectives en cause

6 juin 2017

Vote de grève aux Industries Mailhot

«Nous avons fait les efforts nécessaires lorsque l’entreprise a eu besoin de nous. Maintenant que tout va pour le mieux et que les carnets de commandes sont remplis, c’est à l’employeur de faire un effort.»

Réunis en assemblée générale le 3 juin dernier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Industries Mailhot – CSN ont voté à 99 % en faveur du déclenchement de la grève au moment jugé opportun. Les syndiqués sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2016. Dès janvier de cette année, les parties ont entamé le processus de renouvellement de la convention collective. Depuis, plus d’une vingtaine de rencontres ont eu lieu sans que les parties puissent en arriver à une entente.

Au cœur du litige demeure l’épineuse question des assurances collectives. L’employeur désire revoir sa juste part de contribution au régime d’assurances en plus de voir réduire les protections du régime des travailleuses et travailleurs.

« L’employeur doit maintenir et honorer son engagement actuel envers le régime d’assurances collectives. Les concessions demandées et le plafonnement de sa contribution risquent irrémédiablement de détériorer la rémunération globale de nos membres à long terme. On ne peut accepter ça » déclare Alain Chartier, président du syndicat.

De plus, lors de la négociation du dernier contrat de travail, les salariés avaient consenti à un gel des salaires et de maigres augmentations afin de contribuer à la relève de l’entreprise aux prises avec un contexte économique défavorable, notamment, à cause du dollar américain à parité avec le dollar canadien. Précisons qu’une bonne partie de la production de St-Jacques est destinée au marché d’exportation.

Le contexte économique d’aujourd’hui et les perspectives futures étant passablement différents et favorables à une meilleure rentabilité pour l’entreprise, il devient incontournable pour les syndiqués de bénéficier d’un retour d’ascenseur lors de la présente ronde de négociation.

« Nous avons fait les efforts nécessaires lorsque l’entreprise a eu besoin de nous. Maintenant que tout va pour le mieux et que les carnets de commandes sont remplis, c’est à l’employeur de faire un effort. Nous accusons un retard sur nos confrères syndiqués des autres usines du secteur. Nos gars sont extrêmement déterminés et mobilisés. Si l’employeur nous met au défi, on est prêt » souligne Monsieur Chartier.

Les parties doivent se rencontrer ce jeudi 8 et vendredi 9 juin prochains, cependant, à la suite du résultat du vote à l’assemblée générale de cette fin de semaine, l’employeur a interpellé la partie syndicale pour devancer la séance de négociation à mardi soir.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des Industries Mailhot – CSN représente plus de 125 salariés de l’usine de production située à St-Jacques-de-Montcalm et de l’usine de transformation de la matière première à Terrebonne. La compagnie Mailhot Industries est spécialisée dans la fabrication de vérins hydrauliques. Le syndicat est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière – CSN (FIM-CSN) qui compte plus de 320 syndicats affiliés, représentant environ 25 000 membres œuvrant dans le domaine industriel québécois. Il est aussi affilié au Conseil central de Lanaudière-CSN qui représente près de 13 000 membres répartis en plus de 85 syndicats sur son territoire.

 

← Précédent Ouverture du 65e congrès de la CSN. 5 juin 2017
Suivant → Faire les choses autrement 6 juin 2017
Partager
Dossiers
Région
  • Lanaudière
Source
Conseil central de Lanaudière (CCL–CSN)
Pour information
Martin Bourgeois
450 759-0762
(sans frais 1 888 759-0762)

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/vote-de-greve-aux-industries-mailhot/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.