Conflit au cimetière Notre-Dame-des-Neiges: AURA-t-on enfin une fabrique qui négocie sérieusement ? 

Alors que la Fabrique Notre-Dame se réjouit de pouvoir enfin relancer le spectacle son et lumière « Aura — Une expérience lumineuse au cœur de la basilique », dans le Vieux-Montréal, elle laisse ses quelque 140 travailleuses et travailleurs dans le noir total au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. « Nous sommes sans contrat de travail depuis deux ans et demi. La négociation est figée. Les actes d’intimidation et les méthodes cavalières en milieu de travail révèlent une stratégie mesquine d’affaiblissement des syndicats. C’est honteux pour une fabrique qui devrait prôner des valeurs d’écoute et de collaboration », dénonce Patrick Chartrand, vice-président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN.

La présence des travailleuses et des travailleurs syndiqués dans le Vieux-Montréal en ce vendredi d’août, où l’on devrait célébrer le retour du spectacle multimédia de la basilique, vise à sensibiliser les touristes sur les travers de la fabrique, aussi gestionnaire du cimetière emblématique du Mont-Royal. Depuis un an, 23 % du personnel aux opérations et à l’entretien a été supprimé ou aboli, de même que 24 % du personnel de bureau.

« Le cimetière patrimonial semble à l’abandon, faute de personnel suffisant. Les décisions de l’employeur ont pour effet de réduire le nombre de conseillers dédiés aux différents besoins des familles (vente de concessions et de monuments, traitement des requêtes et demandes de renseignements). Pourtant, ces familles ont versé des milliers de dollars afin d’honorer la mémoire des leurs, dans un lieu impeccable de sépulture », ajoute Éric Dufault, président du Syndicat des employées et employés de bureau du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN.

« Je comprends les proches des disparus de multiplier les plaintes pour déplorer le délabrement du cimetière et les services d’accompagnement des familles, désormais déficients. Il est temps que cet employeur, qui prétend connaître des problèmes financiers, ouvre ses livres afin que nous puissions apporter des solutions », suggère Nathalie Arguin, présidente de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN).

« Le respect et la dignité devraient guider la fabrique. Les monuments funéraires, les proches des défunts, de même que les travailleuses et les travailleurs méritent beaucoup plus de considération. La gestion avare qu’on leur réserve actuellement est désolante et insultante, alors que ce lieu de recueillement devrait, au contraire, être géré de manière respectueuse et responsable », rappelle Bertrand Guibord, secrétaire général du Conseil central du Montréal métropolitain–CSN (CCMM–CSN).

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Fabrique Notre-Dame-des-Neiges–CSN, qui détient le même employeur, appuie sans réserve le combat de leurs collègues du cimetière. Tous ensemble, ils demandent à la partie patronale de faire preuve de bonne foi en négociant sérieusement, pour éviter un recours à la grève. « Ce que nous souhaitons, c’est le retour à la paix dans les relations de travail au cimetière, pour le bien de tout le monde » conclut Patrick Chartrand.

Nos principales demandes à l’employeur :

  • Réintégrer le personnel mis à pied ;
  • Faire preuve de bonne foi pour entreprendre une vraie négociation ouverte et honnête avec ses travailleuses et ses travailleurs ;
  • Ouvrir ses livres pour une évaluation indépendante de sa situation financière et qu’il associe les travailleuses et les travailleurs à la recherche de solutions.

Les faits: 

  • Sans contrat de travail depuis décembre 2018, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN rassemble 115 membres, 26 postes ont été supprimés ;
  • Le Syndicat des employées et employés de bureau du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN compte 21 membres dont 5 ne travaillent pas.
  • Pour voir l’état d’abandon du cimetière.

Entente de principe entre le ministère de la Famille et la FSSS–CSN faisant suite à la recommandation du médiateur

Après un blitz de rencontres avec le ministère de la Famille, en présence du médiateur Nicolas Dionne, le comité syndical de négociation est convaincu d’être allé au bout du processus de discussion. « Le contexte sanitaire qui afflige l’ensemble des RSG en milieu familial nous ajoute un stress important ainsi qu’aux parents. Ce contexte difficile nous pousse à adhérer à la recommandation faite par le médiateur », nuance d’emblée Karine Morisseau, représentante du secteur des RSG à la FSSS–CSN.

L’entente recommandée par le médiateur sera expliquée au cours des prochains jours à l’ensemble de nos 3000 membres via des assemblées virtuelles d’échanges démocratiques. Le comité de négociation syndical prendra tout le temps nécessaire pour détailler l’ensemble des mesures, avant d’inviter les membres à voter.

« Indépendamment des clauses à incidences financières, nous sommes rassurées de voir que le comité mis en place par la FSSSCSN en 2015 pour analyser la rémunération inéquitable des RSG en milieu familial poursuivra ses travaux avec le ministère de la Famille en présence d’un médiateur du Tribunal administratif du travail, selon un échéancier précis jusqu’en septembre 2021 », ajoute Karine Morisseau.

En attendant le résultat du vote des 3000 RSG en milieu familial de la FSSSCSN, nous suspendons tous nos moyens de pression.

Un appel d’offres pour remplacer des grévistes

Choqués et indignés par la décision de l’Université Téluq de lancer un appel d’offres pour obtenir les services de correcteurs externes qui feront une partie du travail des tutrices et des tuteurs en grève générale depuis le 28 janvier, les délégué-es au Congrès du Conseil central du Montréal métropolitain manifestent ce midi devant les bureaux du premier ministre pour réclamer son intervention.

« C’est un geste désespéré de la part d’un employeur s’acharnant à tenter de briser un syndicat, et maintenant de briser une grève, plutôt qu’à négocier avec ses enseignants. C’est plutôt incongru et scandaleux de la part d’un établissement d’enseignement public de cette envergure, surtout après des représailles envers la présidente pour ses activités syndicales. Le premier ministre devrait mettre tout son poids pour mettre fin à cette dérive de la direction. La majorité des étudiants de la TÉLUQ sont sur le marché du travail, ce sont nos membres syndiqués, ils ne méritent pas d’être privés de l’expertise des tuteurs et tutrices », souligne Jean Lortie, secrétaire général de la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

Une impression de déjà-vu
Après le transfert en 2017 de l’encadrement d’étudiant-es à une entreprise privée, l’Institut Matci, , c’est un peu comme le jour de la marmotte. L’université tente à nouveau de sous-traiter le travail des tutrices et tuteurs. « C’est aberrant ! Ce sont des personnes non employées par la TÉLUQ, n’ayant ni la formation ni l’expérience des tutrices et des tuteurs, qui détermineront si ces étudiant-e-s obtiennent ou non leur diplôme. Encore une fois, quelle sera la valeur de ce diplôme ? » questionne Richard Bousquet, vice-président et responsable du regroupement université de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN).
Bien que le geste posé par l’université suscite la colère et l’indignation chez les délégué-es au Congrès, elle leur inspire aussi la solidarité. « En participant à cette manifestation nous clamons notre appui aux revendications des tutrices et des tuteurs de la TÉLUQ et à la lutte qu’ils mènent pour le maintien de la qualité de l’encadrement à la TÉLUQ et la préservation de leurs emplois », de mentionner Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain.

La TÉLUQ souhaite-t-elle réellement négocier ?
La question se pose de plus en plus. Le syndicat avait accepté une trêve médiatique en échange d’un blitz de négociation. L’objectif était de permettre aux étudiant-es de retrouver leur service d’encadrement et d’évaluation le plus tôt possible. « Pour toute réponse, la TÉLUQ a décidé de confier notre travail à d’autres, alors que nous sommes en grève depuis presque cinq mois. Il est temps que la direction cesse de se moquer de nous et agisse comme un employeur responsable », conclut Nancy Turgeon, présidente du Syndicat des tuteurs et tutrices de la Télé-université (STTTU-CSN).

Une centaine de délégué-es CSN en colère contre une association patronale de CPE

Près d’une centaine de délégué-es des syndicats de travailleuses et de travailleurs en CPE ont manifesté, aujourd’hui à Saint-Hubert, devant le CPE Aux Mille jeux, membre de l’Association patronale nationale des CPE (APNCPE). Elles ont voulu dénoncer l’absence de volonté de cette association qui refuse systématiquement d’entamer les négociations nationales pour le renouvellement des conventions collectives de milliers de travailleuses en CPE, lesquelles sont échues depuis le 31 mars 2015.

« Voilà des mois que nous tentons de faire entendre raison à l’APNCPE pour qu’elle réintègre la table nationale, comme l’on fait jusqu’à maintenant toutes les autres associations patronales et le ministère de la Famille (MFA), lance Louise Labrie, membre du comité national de négociation de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). En s’entêtant à vouloir rejeter puis décentraliser les pourparlers sur les matières dites nationales au plan régional, l’APNCPE fait peser une menace bien réelle quant à l’équité des conditions de travail entre les CPE, peu importe la région. Ce qui est en jeu, c’est la fin de l’uniformité des conditions de travail et de pratique en CPE. Et ça, ça ne passera pas ! »

L’APNCPE, qui regroupe une centaine de CPE en Estrie, en Montérégie, dans le Centre-du-Québec et à Montréal, s’est dissociée en 2016 du processus de la négociation nationale auquel elle était liée depuis près de vingt ans, contrairement aux autres associations qui représentent environ 150 CPE dont les travailleuses et travailleurs sont membres de la FSSS–CSN. Les pourparlers au plan national se sont amorcés en décembre dernier et plusieurs séances sont prévues dans les prochaines semaines.

« Dans le contexte actuel d’austérité libérale et de compressions budgétaires sans précédent, une décentralisation des négociations de plusieurs matières à incidence pécuniaire au plan régional, comme le souhaite l’APNCPE, pourrait entraîner des conditions de travail et de pratique inférieures au reste des CPE visés par les négociations avec la FSSS–CSN », ajoute Louise Labrie. C’est le cas notamment des vacances annuelles, des congés fériés et des jours de maladie, de la garantie d’heures travaillées à l’intérieur des diverses appellations d’emploi et de l’assurance collective. »

« Nous sommes toujours disposés à enclencher rapidement les pourparlers avec cette association patronale dans le respect de la structure de négociation nationale que l’on s’est donnée, marquée par une volonté commune d’établir des relations de travail respectueuses. Or, non seulement l’APNCPE refuse de joindre la table nationale, mais elle a sorti l’arsenal juridique pour tenter d’imposer son propre modèle de négociation axé sur le volet régional », renchérit-elle.

En effet, une plainte pour négociation de mauvaise foi a été déposée par l’APNCPE et est toujours en cours devant le Tribunal administratif du travail (TAT) contre la partie syndicale en raison de son refus de voir décentraliser les pourparlers. En outre, toutes les séances prévues ont été annulées par cette association jusqu’à ce que le TAT rende son jugement, retardant d’autant le règlement des conventions collectives.

Pour le comité national de négociation de la FSSS–CSN, cette troisième manifestation contre les CPE membres de l’APNCPE n’est qu’une étape de plus dans le plan d’action qui sera déployé dans les prochaines semaines. « Nous allons apporter notre plein appui et mettre toute la pression nécessaire pour amener cette association et les CPE membres à entendre raison et à réintégrer le processus de la négociation nationale », de conclure Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie (CCM–CSN).

À propos de la FSSS-CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) est la plus importante organisation syndicale dans le secteur des centres de la petite enfance, avec 11 000 travailleuses et travailleurs syndiqués. Le Conseil central de la Montérégie (CCM–CSN) regroupe sur une base régionale près de 40 000 membres provenant de tous les secteurs d’activités tant privés que publics. Pour sa part, la CSN est composée de près de 2000 syndicats regroupant plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux.

Pour voir la vidéo de la manifestation : vimeo.com/204431440

Entente chez Charl-Pol à La Baie

Réunis en assemblée générale, les travailleuses et travailleurs de Charl-Pol à La Baie se sont prononcés, le 26 janvier dernier, à 100% en faveur des termes de leur nouvelle convention collective.

D’une durée de 6 ans, le contrat de travail de ces 36 syndiqué-es, membres du Syndicat des travailleurs de Charl-Pol Saguenay, affilié à la CSN, prévoit des augmentations de salaire totalisant près de 14%.

Autres gains

Les travailleurs enregistrent également des gains aux chapitres suivants : congés mobiles, primes et droits syndicaux.

Les travailleurs voient également leur régime de retraite bonifié. En effet, la contribution de l’employeur augmentera.

Objectifs atteints

Appelé à commenter l’entente, le président du Syndicat des travailleurs de Charl-Pol (CSN), Yves Potvin, a déclaré : «Nous avons atteint nos objectifs de négociation. Nous sommes d’avis que la restructuration administrative faite par l’employeur a facilité les discussions lors des séances de négociation. Enfin!, notre travail est reconnu par notre employeur. Nous sommes fiers des résultats de la négociation. Nous espérons toutefois que nos camarades du local FTQ-UES 800 retrouvent rapidement leur travail à l’usine Charl-Pol Innovation, fermée temporairement.»

«Ce type de règlement prouve, encore une fois, que la CSN peut mener plusieurs combats simultanément, sans compromis, et ce, dans tous les secteurs d’activités de la région.» précise Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN).

Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) explique, pour sa part : «Cette nouvelle vient à point en ces temps difficiles pour l’industrie de fabrication lourde. Cela démontre que par leur détermination, les syndicats CSN trouvent toujours le moyen d’innover afin de préserver des emplois de qualité dans tous les secteurs.»

Le Syndicat des travailleurs de Charl-Pol inc. – CSN est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. Quant à la CSN, elle représente plus de 325 000 travailleuses et travailleurs, et ce, tant dans les secteurs privé que public.