STM : une entente adoptée à très forte majorité

Après presque deux ans de négociation et 170 rencontres, les membres du Syndicat du transport de Montréal (STM–CSN) ont approuvé à très forte majorité la nouvelle entente, basée sur une proposition du médiateur.

« On a livré toute une bataille », a lancé Gleason Frenette, président du STM–CSN, qui a rappelé la longue liste de reculs qui ont été évités, dont la privatisation de certaines tâches. Il a été chaudement applaudi par environ 1600 membres présents à l’assemblée générale spéciale pour le vote sur l’entente recommandée par le médiateur. Celle-ci a d’ailleurs été soumise aux membres du STM–CSN avant le vote.

L’entente de 7 ans prévoit notamment une augmentation de salaire de 2 % par année. Pour 2023 et 2024, l’augmentation pourrait toutefois être plus élevée que 2 %, en fonction de l’indice des prix à la consommation (IPC), mais avec un maximum de 3 %. L’entente prévoit aussi une majoration de certaines primes et un certain rattrapage salarial pour les gens de métier.

« Nous sommes satisfaits de l’entente sur la recommandation du médiateur, qui a fait un excellent travail pour rapprocher les parties. Nous sommes prêts à travailler avec la STM afin d’améliorer le service à la clientèle comme nous l’avons toujours fait », a lancé Gleason Frenette.

À propos du syndicat et de la CSN
Le Syndicat du transport de Montréal (STM–CSN) représente 2400 salarié-es à la Société de transport de Montréal. Il est affilié à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) qui regroupe plus de 60 000 syndiqué-es œuvrant dans le domaine des services public et parapublic. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux compte plus de 300 000 membres présents dans tous les secteurs d’activité, tant public que privé.