Deux unités syndicales sur trois affiliées à la CSN acceptent l’entente de principe

Lors de deux votes distincts tenus à scrutins secrets, l’entente de principe intervenue le jeudi 14 avril dernier entre l’employeur et les trois syndicats affiliés à la CSN a été acceptée à 94 % par le Syndicat des employés de bureau de SSQ Vie (CSN) et à 87 % par le Syndicat des salarié-e-s de SSQ Société d’assurances générales (CSN).

Pour sa part, le Syndicat du personnel de vente de SSQ, Société d’Assurance-Vie inc. (CSN) se réunira demain afin de prendre connaissance de l’entente de principe et de procéder au vote secret sur celle-ci par la suite. Aucun autre détail ne sera divulgué d’ici à ce que cette unité se soit prononcée.

À propos

Le Syndicat des employés de bureau de SSQ Vie (CSN) rassemble environ 570 membres, le Syndicat des salarié-e-s de SSQ Société d’assurances générales (CSN) en regroupe près de 520 et le Syndicat du personnel de vente de SSQ, Société d’Assurance-Vie inc. (CSN) en compte 35. Ils sont tous affiliés à la Fédération du commerce de la CSN (FC–CSN) qui compte quelque 28 000 membres regroupés dans plus de 330 syndicats présents dans les secteurs du commerce de détail, de gros et de services divers, de l’agroalimentaire, des finances et du tourisme.

Deux mois de grève au Hilton DoubleTree

Rien n’entrave la détermination des travailleuses et des travailleurs du Hilton DoubleTree de Montréal. Les salarié-es de l’hôtel du Complexe Desjardins ont déclenché la grève le 2 septembre pour augmenter la pression sur l’employeur qui refuse de négocier les priorités que se sont données les membres des syndicats CSN de l’hôtellerie.

Pourtant, des règlements négociés sont intervenus dans neuf autres hôtels et les travailleuses et les travailleurs du Delta Sherbrooke se prononceront cette semaine sur une dixième entente de principe, toujours sur la base de la plate-forme commune que les syndicats se sont donnée. En plus des mêmes augmentations de salaire pour tous, environ 8 % sur quatre ans, les travailleuses et les travailleurs de l’industrie veulent notamment protéger leur lien d’emploi, car il importe qu’ils soient véritablement au cœur de la relance de l’industrie après la crise que nous avons vécue. De son côté le Hilton DoubleTree propose, bien au contraire, d’imposer des reculs aux conditions de travail.

Ce mardi midi, les travailleuses et les travailleurs ont donc souligné deux mois de conflit par un rassemblement bruyant devant leur hôtel.

Pour le président du syndicat CSN du Hilton DoubleTree, Claude Harrison, il n’est pas question de lâcher ! « Nos membres gardent le moral malgré tout. Ils refusent de voir leurs conditions de travail reculer. Ailleurs, dans d’autres hôtels, il y a eu des ententes alors nous savons que c’est possible d’y arriver ».

 

manifestation doubletree
Des travailleuses et travailleurs déterminés

La vice-présidente de la CSN, Katia Lelièvre était sur place : « Les travailleuses et les travailleurs ont décidé de se mobiliser et de faire preuve de solidarité. La façon dont se comporte cet employeur qui veut faire reculer les conditions de travail en pleine pénurie de main-d’œuvre, c’est inacceptable. Nous allons les soutenir jusqu’au bout ».

Le trésorier de la Fédération du commerce (FC–CSN), Michel Valiquette, souligne qu’une entente demeure possible : « L’employeur va devoir s’asseoir à la table de négociation et faire preuve d’ouverture. Parce que le syndicat, de son côté, apporte des solutions, mais elles sont repoussées du revers de la main par l’employeur ».

Quant à elle, la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN), Dominique Daigneault, souligne que cette lutte est importante. « Je salue la détermination des membres du syndicat qui se tiennent debout jour après jour pour défendre leurs conditions de travail. Il n’y a qu’un moyen d’amener un employeur comme celui-là à mener des négociations sérieuses, c’est par la mobilisation, par la solidarité. C’est ce qu’on voit ici au Hilton DoubleTree ».

Le ministre de l’Éducation a sérieusement mis à risque la santé du personnel et des élèves dans les écoles

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) se questionne sérieusement : le ministre Roberge peut-il encore légitimement occuper ses fonctions alors qu’il a fait fi des commentaires de la Direction générale de la santé publique concernant la méthode d’échantillonnage de la qualité de l’air dans les classes ?

« C’est très grave, laisse tomber la présidente du secteur scolaire de l’organisation syndicale, Annie Charland. Le ministre a joué avec la santé du personnel et des élèves dans les écoles et il a également mis en danger la santé de l’ensemble de la population. Dans un tel contexte, nous nous demandons comment il peut continuer à bien assumer le rôle qui lui incombe. »

Rappelons qu’en janvier, la FEESP–CSN avait publiquement insisté sur l’urgence de prendre les mesures nécessaires afin de corriger le problème de ventilation dans les écoles. Malheureusement, ses recommandations n’ont pas trouvé écho auprès du Ministère. Et aujourd’hui, en raison de la méthodologie déficiente qui a été utilisée, il n’est même pas possible d’avoir un portrait réel de la situation alors que les variants nous placent dans une urgence d’agir.

Pour le secrétaire général de la FEESP–CSN, André Lajoie, l’accumulation de bévues du ministre Roberge est particulièrement inquiétante. « Nous n’en sommes pas à la première gaffe de la sorte venant du ministre de l’éducation, souligne-t-il. Cela dit, cette erreur de jugement – ou cette négligence? – est absolument inadmissible. »

« Le ministre de l’Éducation a caché la vérité aux Québécoises et aux Québécois, comme l’ont dénoncé les partis de l’opposition, renchérit André Lajoie. Mais ce qui est grave au-delà de tout, c’est qu’il a balayé sous le tapis tous les voyants rouges qui étaient allumés, alors que les écoles figurent parmi les principaux lieux d’éclosion au Québec. Ce nouvel épisode indique dans toute sa splendeur à quel point Jean-François Roberge est complètement dépassé par la situation depuis le début de la pandémie. »