Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

STT de la fonderie Bibby (FIM–CSN)

À la suite du dépôt de la requête en accréditation, le 7 décembre 2016, le Syndicat des travailleurs et travailleuses de Bibby Sainte-Croix (FIM–CSN) a été accrédité pour représenter : « Tous les employés, à l’exception des contremaîtres, des employés de bureau, des vendeurs et de personnes automatiquement exclues par l’article 2, paragraphe a, sous-paragraphes 1, 2 et 3 de la loi » de Bibby Sainte-Croix Division of Canada Pipe Co. LTD.

Au terme de la période de maraudage prévue au Code du travail, la CSN a été accréditée par le Tribunal administratif du travail afin de représenter plus de trois cents salarié-es jusque-là affiliés à la CSD. Le Syndicat des travailleurs et travailleuses de la fonderie Bibby (FIM–CSN) envisage maintenant la prochaine négociation de la convention collective avec optimisme. La présente convention collective viendra à échéance le 6 mai 2017.
En choisissant la Confédération des syndicats nationaux (CSN), ces travailleuses et ces travailleurs auront un syndicat dynamique avec lequel ils pourront s’investir dans le but d’améliorer leurs conditions de travail.

De plus, ce nouveau syndicat est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui compte plus de 30 000 membres dans 320 syndicats partout au Québec, ainsi qu’au Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches qui regroupe plus de 250 syndicats et 38 000 membres sur son territoire.

Un nouveau dans la famille CSN

Vis-à-vis Donnacona, de l’autre bord du fleuve, un gros syndicat vient de se joindre à la famille CSN. Les 320 employé-es de l’usine Bibby-Ste-Croix, à Sainte-Croix (Lotbinière), ont quitté les rangs de la CSD à la fin de l’année dernière afin d’obtenir de meilleures conditions de travail. « Ça faisait plusieurs années qu’il y avait du mécontentement et disons que la dernière négo a été plutôt molle. Étant donné qu’on sort d’un vote d’allégeance, on n’a pas encore commencé à négocier notre prochain contrat. C’est sûr qu’on veut commencer le plus rapidement possible, mais on veut aussi prendre le temps de bien faire les choses », explique le président du Syndicat des travailleurs et travailleuses de la fonderie Bibby–CSN, Éric Moffet. La convention collective de cinq ans vient à échéance le 6 mai prochain.

Bibby-Ste-Croix est un manufacturier de tuyaux et de raccords en fonte pour les systèmes sanitaires. Une entreprise presque centenaire puisqu’elle célèbrera ses 100 ans en 2021, en même temps que la CSN. Le prochain contrat de travail chevauchera donc cet anniversaire. « On souhaite notamment régler le problème de roulement de personnel. C’est vrai que le travail n’est pas toujours facile. Il y a de la chaleur et de la poussière, parfois il faut manipuler des pièces qui sont assez lourdes, et il y a des horaires atypiques à la maintenance. Les gens partent après un certain temps. N’empêche, ce n’est avantageux pour personne qu’il y ait tant de roulement », soutient celui qui compte six ans de service.

Parmi les autres points de négociation, s’assurer que les futures relations de travail soient davantage basées sur la coopération plutôt que la confrontation. Sur le plan salarial, le syndicat souhaite des augmentations générales plus avantageuses que les 55 cents à 60 cents l’heure pour chaque année du contrat en cours. Présentement, les journaliers et les préposés au ménage gagnent 22,20 $ l’heure, les meuleurs, 22,37 $ et les électriciens de classe A, 26,13 $.