Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

La Garderie éducative Tam-Tam de Deux-Montagnes ne respecte pas les lois et règlements

Malgré une multitude d’interventions auprès de l’employeur, de décisions du Tribunal administratif du travail, de plaintes auprès du ministère de la Famille, la direction et les propriétaires de la Garderie éducative Tam-Tam continue de bafouer les droits des travailleuses et de ne pas respecter les lois et règlements. Pour le syndicat, après deux ans de tentatives, c’en est assez.

La garderie ne se conforme pas aux normes du travail et ne respecte pas les décisions du Tribunal
« Depuis que les travailleuses se sont syndiquées, nous avons, à maintes reprises, tenté de faire respecter le minimum reconnu par les lois, et ce, sans succès. Il est inacceptable d’être obligés de se rendre devant les tribunaux afin d’obtenir, d’un arbitre, une décision afin que les travailleuses reçoivent un relevé de paie! Faut-il rappeler que ceci est prévu aux normes du travail? » dénonce Danielle Deschatelets, présidente du Syndicat des travailleuses en CPE région Laurentides (CSN).

Depuis des mois, la direction prélève les cotisations syndicales sur la paie de chaque employée, mais ne les remet pas au syndicat, s’appropriant ainsi des sommes d’argent ne lui appartenant pas. À ce jour, malgré promesses et ordonnances des tribunaux, la garderie détient toujours l’argent, invoquant toutes sortes de raisons. Qu’est-ce que la Garderie Tam-Tam n’est pas en mesure de faire que toutes les autres garderies font? Quelle peut être la réponse à cette question si ce n’est que de se demander si la direction ne fait pas preuve de malhonnêteté? Nous pouvons certainement conclure que la direction est indifférente au respect des lois et règlements. Ajoutons qu’elle fait également la même chose, périodiquement, avec les cotisations des travailleuses au fonds de pension du réseau des services de garde régis, omettant ainsi de verser les sommes dues au régime. Les travailleuses subissent constamment des représailles de la part des représentantes de l’employeur, mais les travailleuses ont peur de porter plainte craignant que les choses dégénèrent.

Le Ministère sera interpellé
Le comportement irresponsable et négligeant de la direction se traduit aussi par le non-respect des ratios et autres règlements qui existent pour assurer un service de garde de qualité et assurer la sécurité des enfants. Pour sa part, Lucie Longchamps, vice-présidente responsable du secteur privé de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN) mentionne « Depuis des années, des plaintes sont déposées au ministère sans que rien n’y fasse. Nous allons interpeller directement le ministre Lacombe pour que cessent les manquements, notamment le non-respect des ratios. »

Chantal Maillé, présidente du Conseil central des Laurentides–CSN, précise « La garderie Tam-Tam est un service de garde subventionné par l’État. Elle ne peut se soustraire délibérément ou même involontairement, à répétition, à ses obligations. L’appel au gros bon sens, les recours juridiques sur plusieurs dossiers, l’arbitrage, la médiation, tout a été essayé. Nous appuierons le syndicat et les travailleuses pour qu’une fois pour toutes, la Garderie Tam-Tam se conforme. »

En conclusion, le syndicat ne cédera pas et défendra les travailleuses qui subissent constamment des représailles; il les remercie, d’ailleurs, de veiller à donner le meilleur aux enfants malgré les conditions de travail déplorables.

À propos
Le Syndicat des travailleuses en CPE région Laurentides (CSN) représente près de 1000 travailleuses dans la région des Laurentides. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSSCSN) qui regroupe plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés et, sur une base régionale, au Conseil central des Laurentides (CSN).