Centres de la petite enfance à Montréal et à Laval

6 juin 2018

1500 travailleuses de 57 CPE en grève générale illimitée

On ne comprend pas l’acharnement de l’APCPE et des directions de vouloir nous imposer des conditions inférieures à celles qui ont été négociées dans plus de 300 autres CPE syndiqués à la CSN.

Quelque 1500 travailleuses ont déclenché tôt ce matin une grève générale illimitée afin de faire débloquer les négociations et de tenter de contrer les reculs souhaités par l’Association patronale des CPE (APCPE) de Montréal-Laval et les directions de 57 CPE, qui comptent 88 installations. Le comité de négociation syndical tient à rappeler qu’il offre depuis plusieurs semaines sa pleine disponibilité, y compris la nuit et les fins de semaine, afin de régler les conventions collectives échues depuis près de 40 mois, soit depuis le 31 mars 2015.

« On déplore les inconvénients causés aux parents et à leurs enfants. On n’a jamais souhaité en arriver là. Mais la partie patronale nous y force, tant leurs demandes comportent des reculs inadmissibles dans les conditions de travail et de pratique des membres que nous représentons, explique Nathalie Fontaine, vice-présidente à la négociation pour le Syndicat des travailleuses des CPE de Montréal et de Laval (STCPEML–CSN). On ne comprend toujours pas l’acharnement de l’APCPE et des directions de vouloir nous imposer des conditions inférieures à celles qui ont été négociées dans plus de 300 autres CPE dont les travailleuses sont membres de la CSN. »

Après plus de 40 séances de négociation, dont quelques-unes devant un conciliateur du ministère du Travail depuis le 1er juin dernier, les points en litige portent toujours sur le rôle décisionnel de l’équipe, le fractionnement des vacances et les congés sans traitement, les horaires de travail, la liste de rappel et l’application de l’ancienneté, la transparence des états financiers. « Il s’agit d’enjeux qui affectent directement le quotidien et surtout les revenus de toutes les catégories de travailleuses, des éducatrices aux responsables en alimentation, en passant par les adjointes administratives ou encore les préposées à l’entretien », ajoute la vice-présidente à la négociation.

Rappelons que les CPE membres de l’APCPE et de l’Association patronale nationale des CPE (APNCPE), dont elle fait partie, se sont retirés du processus de la négociation nationale en quittant la table, à l’hiver 2016. Le 6 novembre dernier, une entente nationale est intervenue avec le gouvernement et plusieurs associations patronales, ce qui a permis de clore la négociation des clauses d’ordre pécuniaire et non pécuniaire. Outre ces travailleuses en CPE de Montréal et de Laval, pas moins de 600 autres collègues des CPE de l’Estrie et du Cœur du Québec font toujours face aux mêmes obstacles dressés par l’APNCPE.

« Le gouvernement a une responsabilité directe rdans la poursuite de ce conflit de travail par le fait qu’il se terre dans un silence douteux à quelques mois des élections d’octobre, dit Jeff Begley, président de la FSSS–CSN. Bien qu’il ait signé lui-même l’entente nationale avec une majorité de CPE, le ministère de la Famille agit comme si l’APCPE pouvait défaire et refaire à sa guise tout le processus de la négociation, sans rendre de comptes à personne. Plus de 9000 travailleuses membres de la CSN ont réussi à négocier leur convention collective. Aucun motif ne peut justifier que les 1350 travailleuses en CPE de Montréal et de Laval n’aient pas droit aux mêmes conditions de travail. »

Pour Manon Perron, secrétaire générale du Conseil central du Montréal métropolitain–CSN : « La partie patronale et les directions locales des CPE devraient prendre exemple sur d’autres régions qui ont obtenu des ententes satisfaisantes. Pour notre part, nous allons soutenir à fond ces travailleuses pour qu’elles obtiennent gain de cause contre cette association patronale intraitable. »

À propos des CPE et de la CSN

Le Syndicat des travailleuses des CPE de Montréal et Laval–CSN représente près de 2500 travailleuses dans 107 CPE, totalisant 157 installations, dont 88 installations sont fermées en raison de la grève. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux, qui regroupe quelque 11 000 travailleuses en CPE, de même qu’au Conseil central du Montréal métropolitain, qui compte près de 100 000 membres dans la région. Pour sa part, la CSN compte plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans douze autres conseils centraux au Québec.

← Précédent Syndicalisation, 4e révolution industrielle et vie syndicale au menu 5 juin 2018
Suivant → Menace d’une grève générale illimitée dans deux CPE 6 juin 2018
Partager
Dossiers
Région
  • Montréal métropolitain
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
François Forget 514 212-7383

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/1500-travailleuses-csn-de-57-cpe-en-greve-generale-illimitee/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.