84 % du personnel de soutien scolaire vit d’une paie à l’autre

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Sondage réalisé auprès du personnel du soutien scolaire des Phares

2023-10-26_soutien_scolaire_FEESP

84 % du personnel de soutien scolaire vit d’une paie à l’autre

Le Syndicat du soutien scolaire des Phares (CSN) dévoile aujourd’hui les résultats d’un sondage déployé auprès de ses membres au cours du mois de septembre afin de mieux connaitre leurs conditions de vie économique. Le sondage a été réalisé par le secteur scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) – principal regroupement syndical d’employé-es de soutien scolaire au Québec.

« Au niveau de la province, plus de sept mille membres sur 35 000 ont rempli le sondage, soit 20 % de nos membres. Et les résultats sont accablants : les employé-es de soutien scolaire vivent une grande précarité économique et les offres salariales actuelles du gouvernement du Québec ne leur permettent pas de garder la tête hors de l’eau. Ces chiffres ne sont pas que de simples chiffres. Ce sont des dizaines de milliers de travailleuses et de travailleurs qui s’appauvrissent », déclare Annie Charland, présidente du secteur scolaire de la FEESP–CSN

Voici les données régionales que les membres de ce syndicat jugent préoccupantes :

  • 45 % des répondantes et des répondants affirment que leur emploi de soutien scolaire ne leur permet pas de combler leurs besoins de base mensuels comme le logement, l’alimentation, le chauffage et l’électricité ;
  • 65 % des personnes répondantes sont mises à pied pendant la période estivale. De cette proportion, 45 % doivent occuper un autre emploi durant cette période afin de combler leurs besoins de base mensuels ;
  • 14 % d’entre elles doivent occuper un autre emploi durant l’année (excluant la période estivale) afin de pourvoir à leurs besoins de base mensuels ;
  • 84 % déclarent vivre d’une paie à l’autre ;
  • 8 % ont eu recours aux banques alimentaires dans la dernière année en raison de leur situation financière difficile ;
  • Et finalement, 52 % des personnes interrogées soutiennent que dans la dernière année, elles n’ont jamais eu la capacité financière d’épargner pour des projets tels que la retraite ou les études des enfants, tandis que 37 % d’entre elles ont répondu y être parfois parvenues.

« Ce que ces chiffres nous disent, c’est que les emplois en soutien scolaire sont sous-payés et extrêmement précaires. Qui veut venir travailler dans ces conditions ? Et qui veut rester ? On l’a vu dans les derniers mois, un autre sondage effectué en janvier dernier auprès des gens que nous représentons nous apprenait qu’environ 40 % d’entre eux songeaient à quitter le réseau scolaire en raison des mauvaises conditions de travail », indique Marie-Ève Leblanc, présidente du syndicat du soutien scolaire des Phares (CSN).

Marie-Ève Leblanc rappelle que les employé-es de soutien scolaire sont parmi les moins bien payés du secteur public. « Selon les plus récentes données du Conseil du trésor, en 2020-2021, le salaire annuel brut moyen d’une ou d’un employé de soutien scolaire était de 24 284 $, tous statuts d’emploi confondus (occasionnel, temps partiel, temps plein). Qui peut faire vivre une famille avec ce salaire ? », s’interroge madame Leblanc.

« Pendant ce temps, les membres du gouvernement s’enrichissent puisqu’ils se sont voté une hausse salariale de 30 % pour un an. La pandémie a été une démonstration éloquente du fait que, lorsque le gouvernement le veut, il trouve l’argent dont il a besoin. Ce qui nous amène à poser la question suivante : est-ce que la CAQ croit aux services publics ? À voir comment ils traitent les travailleuses et les travailleurs qui les donnent ces services publics, on en doute de plus en plus », termine Pauline Bélanger, présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent.

À propos   
Le secteur scolaire de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) est l’organisation la plus représentative du personnel de soutien scolaire au Québec. Il regroupe 37 syndicats représentant plus de 35 000 employés-es de soutien, présents dans 31 centres de services scolaires francophones et deux commissions scolaires anglophones.    

Fondé le 10 octobre 1971, le Syndicat du soutien scolaire des Phares (CSN) représente 680 membres sur le territoire du Centre de services scolaire des Phares.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023