Intervention de la CSST au Centre jeunesse des Laurentides

17 juillet 2013

Agressions à la hausse à l’encontre du personnel

La CSST a pris la décision d’enquêter sur les méthodes de travail des agents d’intervention du Centre jeunesse des Laurentides du campus de Sainte-Sophie, à la suite du dépôt d’une plainte au service de prévention inspection de la CSST, le 8 avril dernier.

La CSST a pris la décision d’enquêter sur les méthodes de travail des agents d’intervention du Centre jeunesse des Laurentides du campus de Sainte-Sophie, à la suite du dépôt d’une plainte au service de prévention inspection de la CSST, le 8 avril dernier.

Tout comme le syndicat le dénonce depuis plusieurs années, la plainte fait état d’interventions physiques auprès de la clientèle en crise, de façon individuelle et sans équipement de protection.

« Depuis trop longtemps, nous tentons de trouver avec l’employeur des solutions à ce problème important, qui expose le personnel syndiqué à des situations dangereuses mettant ainsi leur intégrité physique et leur santé en jeu. Il aura malheureusement fallu l’intervention de la CSST afin de donner le poids nécessaire à l’application de nos recommandations », souligne monsieur Bernard Lanthier, président du Syndicat des employés du Centre jeunesse des Laurentides (CSN).

Au fils des ans, le profil de la clientèle, mais aussi du personnel, a passablement changé. Une proportion de plus en plus élevée de femmes (26 %) sont appelées à intervenir physiquement et seules auprès de la clientèle en crise. Une clientèle de 6 à 17 ans avec un gabarit imposant et plus costaud qu’auparavant.

Le nombre de blessures du personnel syndiqué affecté à ces tâches est lui aussi en hausse remarquable.

Il existe une procédure d’intervention appelée ITCA (Intervention thérapeutique lors de conduite agressive), qui guide les interventions auprès du personnel en crise dans tous les Centres jeunesse du Québec. Cette procédure précise notamment les conditions dans lesquelles une intervention physique est requise, mais surtout, elle précise que ladite intervention ne peut se faire seule par l’agent d’intervention et doit donc être soutenue par une, voire même deux personnes supplémentaires. C’est la problématique au cœur de la récente intervention de la CSST.

De plus, au moment de l’enquête, la CSST a constaté que seulement une seule des quatre personnes agente d’intervention avait reçu la formation de l’employeur sur cette procédure.

Dans son rapport, la CSST souligne aussi l’absence de méthodes d’intervention commune, l’absence de moyens de communication individuels et constate donc le risque de blessures pour les agents d’intervention, les éducateurs et les jeunes.

Ainsi, à la conclusion de son rapport d’intervention, la CSST a émis une décision qui force l’employeur à prendre quelques mesures permanentes afin de corriger la situation dont notamment :

·        préconise que le personnel ait sur lui un moyen de communication efficace, afin de lui permettre de requérir le support et l’aide nécessaire lors d’intervention;

·        ordonne que les interventions se fassent selon les méthodes enseignées par ITCA;

·        recommande que tout le personnel agent d’intervention soit formé par l’employeur selon les normes établies par l’ITCA.

Au moment d’écrire ces lignes, la direction du Centre jeunesse a informé le syndicat et la CSST qu’elle conteste cette décision.

« C’est une situation malheureuse, car ce rapport corrige une situation problématique que l’on dénonce depuis longtemps. Notre seul objectif est de préserver l’intégrité physique et la santé de nos membres syndiqués, mais aussi de la clientèle du Centre jeunesse. Il y a manifestement des coûts liés à l’application des recommandations de la CSST mais, pour nous, il n’y a pas de prix pour la santé et la sécurité. Il faut que l’employeur agisse rapidement. Ce n’est qu’une question de volonté politique et de choix budgétaire judicieux », conclut M. Lanthier.

Le Syndicat des employés du Centre jeunesse des Laurentides (CSN) représente un peu plus de 800 membres et est affilié à la Fédération de la santé et de services sociaux. Le syndicat est aussi affilié au Conseil central des Laurentides qui regroupe plus de 15 000 membres de tous les secteurs économiques de la région.

← Précédent Des changements pourquoi et pour qui ? 15 juillet 2013
Suivant → Devant un employeur intraitable, les surveillant-es et surveillant-es-concierges déclenchent la grève 18 juillet 2013
Partager
Région
  • Laurentides
Source
Conseil central des syndicats nationaux des Laurentides (CCSNL–CSN)

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/agressions-a-la-hausse-a-lencontre-du-personnel/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.