Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Alliance syndicale contre les compressions de 3 M$

Du même SUJET

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Institut Gingras-Lindsay

Alliance syndicale contre les compressions de 3 M$

Les compressions prévues de 3,3 M$ à l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay ne pourront que compromettre les services offerts aux personnes handicapées de la région de Montréal.

La CSN n’accepte pas les mesures d’austérité du gouvernement Couillard et tient à réitérer l’importance d’une alliance syndicale la plus large possible afin de défendre efficacement des services de qualité à la population et des conditions de travail équitables pour les travailleuses et les travailleurs.

L’évènement d’aujourd’hui est d’ailleurs organisé en collaboration intersyndicale.

« Les syndicats se doivent de travailler ensemble pour contrer le rouleau compresseur qui s’en vient et qui va inévitablement remettre en question les services en place partout au Québec », affirme Jean Lacharité de la CSN, venu accompagner les syndicats de l’Institut à leur BBQ de solidarité.

Une autre vague de compressions fait craindre une réorganisation majeure sans souci réel du sort des usagers ou des employé-es. « Notre fleuron de la réadaptation au Québec, qui est reconnu sur la scène internationale, ne doit pas passer à la moulinette de ces compressions qui vont inévitablement entraîner une diminution de services. Il faut être solidaires, c’est vital », ajoute Guy Laurion, vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

Le président du Syndicat des employé(e) s de l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay-de-Montréal (CSN), Serge Croteau, se dit très inquiet des conséquences des cibles annuelles de compressions qui doivent être appliquées par l’agence régionale. « La limite est déjà atteinte et on craint grandement l’impact de la cible de 150 M$ annoncée pour 2014-2015 », précise Serge Croteau.

À propos

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket