25 novembre 2016

La FNC réclame la transparence dans les aventures immobilières de la Société Radio-Canada

La FNC–CSN appuie la demande du SCRC–CSN à l'effet de suspendre le processus de vente de la Maison de Radio-Canada le temps d'en éclaircir les nombreuses zones d'ombre.

La Fédération nationale des communications partage les inquiétudes du Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC–CSN) représentant plus de 3000 salarié-es du diffuseur public. Celui-ci déplore que tout le processus de la vente de la Maison de Radio-Canada ait manqué de transparence depuis le début, ce qui entretient un climat de suspicion.

Pour la FNC–CSN, les plans des nouveaux locaux consacrent l’orientation de la haute direction à l’effet de ne plus produire d’émission à l’interne, mises à part les affaires publiques et l’information.

« Nous devrions nous réjouir, aujourd’hui, car, effectivement, le projet de nouvelle maison est beau et moderne, souligne la présidente de la Fédération nationale des communications (FNC–CSN), Pascale St-Onge. Toutefois, le manque de transparence de la direction dans tout le processus nous empêche de célébrer, car de trop nombreuses questions demeurent sans réponse. En outre, c’est la fin de toute une époque au cours de laquelle l’expertise et le professionnalisme des artisans de Radio-Canada lui ont permis de produire des pièces d’anthologie de notre répertoire culturel québécois et canadien. »

La FNC–CSN appuie la demande du SCRC–CSN à l’effet de suspendre le processus de vente de la Maison de Radio-Canada le temps d’en éclaircir les nombreuses zones d’ombre. La FNC–CSN est notamnent préoccupée par le recours à la formule de partenariat public–privé dont quelques exemples récents comme l’autoroute 25, le CUSM, le CHUM permettent de penser que les citoyennes et les citoyens ne sont pas du tout à l’abri de mauvaises surprises.

« Nous croyons fermement qu’Ottawa doit se pencher sérieusement sur ce dossier. L’avenir du radiodiffuseur public de même que la bonne gestion des finances publiques doivent être au cœur de la réflexion du gouvernement à l’égard d’une décision prise d’abord et avant tout à cause du parti-pris idéologique de l’ancien gouvernement conservateur » de conclure la présidente de la FNC–CSN.

À propos
La Fédération nationale des communications (FNC–CSN) est une fédération syndicale affiliée à la CSN. Elle regroupe plus de 6000 membres, dont plus de 3000 à la Société Radio-Canada.

← Précédent Se donner les moyens de défendre nos laboratoires médicaux 25 novembre 2016
Suivant → Ottawa doit agir pour dénouer la crise du bois d’œuvre ! 25 novembre 2016
Partager
Région
  • Montréal métropolitain
Source
Fédération nationale des communications (FNC–CSN)

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/aventures-immobilieres-de-la-societe-radio-canada-la-fnc-reclame-la-transparence/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.