Économie et finances publiques

21 mars 2019

Budget : des réinvestissements qui ciblent les mauvaises priorités

La CSN questionne les cibles choisies par le gouvernement de François Legault.

La CSN salue la décision du ministre des Finances, Éric Girard, d’utiliser une bonne partie des surplus budgétaires pour réinvestir dans les secteurs de l’éducation et de la santé et des services sociaux. Toutefois, elle questionne les cibles choisies par le gouvernement de François Legault.

« Il y a beaucoup d’argent pour le béton et les fixations du premier ministre, mais encore trop peu pour venir améliorer les soins à la population et soulager le personnel de nos réseaux publics, mis à mal par les années d’austérité budgétaire », remarque le président de la CSN, Jacques Létourneau. Une large partie de la hausse du budget en éducation servira à construire des classes pour répondre à la promesse de François Legault de créer des maternelles 4 ans sur tout le territoire du Québec. On aurait préféré davantage d’investissements dans les services directs aux élèves et pour l’aide à la réussite scolaire. »

Bien que la CSN se réjouisse de la fin de la modulation des tarifs des services de garde, elle s’inquiète du fait que celle-ci sera étalée sur quatre ans. « Clairement, le réseau de la petite enfance sera affaibli à très court terme, puisque la poursuite de la modulation des tarifs fera en sorte que les CPE et les services de garde en milieu familial seront défavorisés par rapport aux maternelles 4 ans », poursuit Jacques Létourneau. Celui-ci déplore également que le réseau de l’enseignement supérieur soit pratiquement ignoré dans ce budget.

Le réseau de la santé et des services sociaux fait également l’objet d’un important réinvestissement. « En annonçant l’embauche de préposé-es aux bénéficiaires, d’infirmières, de techniciennes et techniciens et de professionnel-les additionnels, le gouvernement reconnait enfin le manque de personnel et les surcharges de travail que nous dénonçons depuis trop longtemps. Espérons que le gouvernement se souviendra de cette réalité lors des prochaines négociations du secteur public qui s’amorceront à l’automne », souligne le président de la CSN. La centrale syndicale se réjouit également des enveloppes supplémentaires dédiés aux soins et aux services à domicile.

Toutefois, la CSN déplore l’attitude du gouvernement envers les centres d’hébergement de soins à longue durée. « Près de la moitié des réinvestissements en santé seront consacrés à… 2600 places dans de nouvelles maisons pour les aîné-es. Je nous souhaite de piger le ticket chanceux! Toute proportion gardée, il reste bien peu d’argent pour améliorer les conditions de vie de nos concitoyens en CHSLD », remarque Jacques Létourneau.

La CSN voit d’un bon œil le relèvement de l’enveloppe d’Investissement Québec, qui pourrait avoir jusqu’à 5 milliards à investir dans plusieurs secteurs de l’économie. De cette somme, un milliard de dollars pourrait être consacré à protéger les sièges sociaux québécois et favoriser les entreprises stratégiques.

La CSN accueille favorablement la hausse substantielle du budget du ministère de l’Immigration, notamment en ce qui a trait aux sommes dédiées à l’accompagnement des immigrants en matière d’intégration à l’emploi et de francisation. La CSN demeure toutefois préoccupée par la baisse des seuils d’immigration prévue par la CAQ.

Enfin, la CSN dénonce que, malgré les investissements prévus en environnement pour la lutte contre les changements climatiques, aucune cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne figure à l’ordre du jour.

← Précédent Nouvelle convention collective au Collège Villa Maria 21 mars 2019
Suivant → Menaces de grève dans le transport scolaire 22 mars 2019

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/budget-des-reinvestissements-qui-ciblent-les-mauvaises-priorites/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.