Privatisation du service des archives

24 août 2016

Compressions budgétaires au CISSS de Laval

Le CISSS de Laval va encore perdre de l'expertise publique avec cette décision qui favorise la privatisation.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) dénonce la privatisation du service des archives au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval. Cette privatisation causée par les compressions budgétaires aura pour effet de réduire l’expertise publique dans le réseau et de rallonger les délais de traitement des dossiers cliniques au CISSS de Laval.

La direction du CISSS de Laval a pris la décision d’abolir 20 postes du service des archives pour transférer la gestion des dossiers clinique à une entreprise privée de la région de Québec. Le réseau de la santé et des services sociaux doit absorber des compressions budgétaires de plus de 240 millions de dollars pour l’année en cours, dont plus de 5 millions au CISSS de Laval. Pour la FSSS–CSN, cette décision est une nouvelle démonstration de l’effet des mesures d’austérité sur le réseau public.

« Le CISSS de Laval va encore perdre de l’expertise publique avec cette décision qui favorise la privatisation. Le service des archives est pourtant essentiel pour donner les informations nécessaires aux intervenant-es qui ont besoin d’en savoir plus sur le dossier clinique d’un patient. Aujourd’hui, nous sommes venus dire non à la privatisation et nous demandons à la direction de revenir sur cette décision! », lance Marjolaine Aubé, présidente du syndicat CSN du CSSS Laval.

« Cette décision fragilise davantage notre système public, alors que nous devrions plutôt travailler à le consolider. On peut prévoir que les délais de traitement des dossiers cliniques allongent, ce qui aura un effet sur notre rapidité à répondre aux besoins des patient-es. Nous sommes aussi préoccupés quant au respect de la confidentialité des dossiers des patient-es avec l’implication d’une entreprise privée. Et que dire de l’impact écologique d’une décision qui augmentera inutilement le transport routier au Québec? », ajoute Luc Bastien, vice-président régional de la FSSS–CSN.

« C’est une fois de plus le gouvernement Couillard et le ministre Gaétan Barrette qu’il faut pointer du doigt. Le démantèlement de nos services publics se poursuit avec une nouvelle privatisation. C’est pour dénoncer ces attaques à nos services publics que nous poursuivons à la CSN notre campagne Ma place en santé, j’y tiens. Il faut sensibiliser la population aux effets des décisions insensées de ce gouvernement et que les citoyennes et citoyens fassent connaître leur désaccord par rapport à celles-ci», de conclure Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN).

À propos de la FSSS–CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) compte près de 130 000 membres dans les secteurs publics et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS–CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

← Précédent Nouveau contrat de travail pour le personnel enseignant du Collège LaSalle 24 août 2016
Suivant → Les cégeps toujours dans le siècle 25 août 2016
Partager
Région
  • Montréal métropolitain
Pour information
Hubert Forcier
FSSS–CSN
514 209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/compressions-budgetaires-au-cisss-de-laval/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.