Déclaration de reconnaissance territoriale autochtone de la CSN

Articles récents

Un employeur qui perd la carte pour des jeans

Un employeur qui perd la carte pour des jeans

La quarantaine de travailleurs de Shred-It n’ont eu d’autre choix que d’entrer en grève ce matin…
La CSN déçue de la décision de la Cour suprême du Canada

La CSN déçue de la décision de la Cour suprême du Canada

La CSN est déçue de la décision de la Cour suprême du Canada de ne pas…
Vote de grève à l’unanimité chez les Autobus Brissette & Frères

Vote de grève à l’unanimité chez les Autobus Brissette & Frères

Hier soir, lors d’une assemblée générale extraordinaire, les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de Brissette…
Consultation sur l'avenir de la forêt: les travailleurs et travailleuses doivent être au centre des préoccupations, insistent les organisations syndicales

Consultation sur l'avenir de la forêt: les travailleurs et travailleuses doivent être au centre des préoccupations, insistent les organisations syndicales

Alors que se tient aujourd’hui la Rencontre nationale des partenaires sur l’avenir de la forêt, les…
Pénurie de travailleurs sylvicoles : la solution est à portée de mains

Pénurie de travailleurs sylvicoles : la solution est à portée de mains

À l’aube de la saison des travaux sylvicoles, le Conseil central du Bas-Saint-Laurent, la Fédération de…
Augmentation de salaire de 22,25 % chez Garant

Augmentation de salaire de 22,25 % chez Garant

Les travailleuses et les travailleurs de Garant auront des augmentations de salaire de 22,25 % sur cinq…

Premières nations

An inuksuk manmade human or cross shaped stone landmark or cairn

Déclaration de reconnaissance territoriale autochtone de la CSN

De nombreuses organisations débutent leurs rencontres officielles par une brève déclaration reconnaissant le territoire autochtone où elles se trouvent réunies. Pour certaines organisations, c’est un effet de mode, mais pour d’autres, c’est loin d’être le cas.

La CSN s’est rangée publiquement en faveur des droits des peuples autochtones dès 1973 et elle vient d’adopter un nouveau plan d’action en ce sens. Pour la CSN, la reconnaissance du lien qui unit les Autochtones au territoire n’est donc pas un simple geste pour faire bonne figure. Il s’agit plutôt d’un acte d’éducation à l’endroit des personnes réunies et d’un engagement organisationnel en faveur de la vérité et de la réconciliation.

De nos jours, il ne fait aucun doute que toutes les Amériques ont été peuplées par diverses nations autochtones depuis des millénaires et que nous vivons sur leurs territoires ancestraux. Un territoire ancestral est la zone géographique identifiée par une première nation comme la terre occupée et utilisée par ses ancêtres, dont elle est gardienne jusqu’à aujourd’hui.

Ces nations habitent le continent depuis la dernière période glaciaire, il y a 15 000 ans. Les Premiers Peuples sont arrivés sur le territoire désigné aujourd’hui comme le Québec il y a 12 000 ans, lorsque les eaux glaciaires de la mer de Champlain se sont retirées. Quand les Européens sont arrivés à leur tour, il y a cinq siècles, les Amériques étaient habitées par les Autochtones depuis déjà 150 siècles.

On dit souvent que les territoires autochtones sont « non cédés », ce qui signifie qu’aucune entente ni aucun traité n’a été signé pour officialiser l’abandon définitif et le transfert des droits territoriaux vers les colons par les Autochtones au sens de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, c’est-à-dire par un consentement libre, préalable et éclairé (CLPÉ). Le congrès de la CSN a endossé la déclaration en 2008, le Québec en a appuyé les principes en 2019 et le Canada en a fait une loi en 2021.

Une partie importante du territoire du Québec n’a jamais été cédée par les Autochtones, sauf les territoires qui sont touchés par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois signée en 1975 et ceux touchés par la Convention du Nord-Est québécois signée avec la Nation naskapie en 1978 à laquelle, par ailleurs, la nature du consentement au sens de l’ONU ne fait pas l’unanimité aujourd’hui.

La recherche historique démontre que les territoires peuvent avoir été occupés par plus d’un peuple autochtone au fil du temps. Il importe donc de bien s’informer avant de citer un territoire comme étant celui d’un peuple ou d’un autre, lors d’une rencontre dans une région ou une autre.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023