Transformation et fabrication

Des droits sur les exportations du papier journal jugés inquiétants, estime la FIM-CSN

12 octobre 2017

Nous devons faire front commun pour se prémunir contre les offensives irresponsables des Américains à notre endroit.

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) est grandement préoccupée par l’effet catastrophique qu’aura l’imposition en 2018 de droits compensateurs et antidumping à 18 usines de papier journal au Canada, dont 10 au Québec.
Rappelons que le 9 août dernier, Norpac, un producteur américain de papier journal dans l’État de Washington, a déposé une plainte au ministère américain du Commerce (DOC) selon laquelle l’industrie canadienne bénéficie de subventions. D’après Norpac, il s’agit là de concurrence déloyale qui permet au Canada de vendre son papier journal à un prix très bas aux États-Unis.
Pour le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (CSN), Mathieu Lafleur, la nouvelle imposition est toute aussi inquiétante pour l’industrie forestière québécoise que les droits imposés à l’industrie du bois d’œuvre et au papier surcalandré. « La dernière plainte, qui porte cette fois non pas sur le bois d’œuvre, mais sur le papier journal, constitue une attaque supplémentaire qui doit être fermement dénoncée, tout comme les nouveaux droits compensatoires imposés par les États-Unis, qui sont complètement déraisonnables et insensés », affirme-t-il.
Dans cette optique, l’annonce du gouvernement sur l’élargissement du mandat de négociation donné au négociateur pour le Québec dans le dossier du bois d’œuvre, Raymond Chrétien, afin d’ajouter le papier journal au débat sur le bois d’œuvre et le papier surcalandré, est pour Mathieu Lafleur une bonne nouvelle. « La tendance que prend le ministère américain du Commerce d’imposer rapidement des droits, et ce à chaque fois qu’il y a une plainte, n’annonce rien de bon et doit absolument être soulevée par le gouvernement canadien dans ses discussions actuelles avec son homologue américain », poursuit-il.
Mathieu Lafleur invite tous les acteurs de l’industrie forestière du Québec à pousser dans le même sens pour protéger l’industrie du papier, très fragilisée par la transformation des moyens de communication et par les changements technologiques. « Nous devons continuer à défendre et à promouvoir le secteur du bois et du papier au Québec et faire front commun pour se prémunir contre les offensives irresponsables des Américains à notre endroit. Québec et Ottawa doivent également investir les ressources nécessaires pour le développement de nouveaux créneaux de production. On ne pourra pas passer à côté », conclut le président de la FIM-CSN.

 

 

← Précédent La FIM–CSN à l’assemblée générale de Forest Stewardship Council (FSC) 12 octobre 2017
Suivant → Philippe Couillard en doit au moins une aux femmes 14 octobre 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/des-droits-sur-les-exportations-du-papier-journal-juges-inquietants-estime-la-fim-csn/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.