Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des droits sur les exportations du papier journal jugés inquiétants, estime la FIM-CSN

Du même SUJET

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Les congressistes présents ont pu échanger sur de nombreux enjeux touchant le monde du travail :…
Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

Le gouvernement doit sauver 400 emplois du secteur forestier

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) déplore le manque de rigueur du gouvernement du Québec, qui…
Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Nature Québec et la Confédération des syndicats nationaux lancent aujourd’hui une alliance pour revendiquer des améliorations…
La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

À l’approche de la prochaine campagne électorale, la présidente de la CSN, Caroline Senneville, met en…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Transformation et fabrication

newspaper

Des droits sur les exportations du papier journal jugés inquiétants, estime la FIM-CSN

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) est grandement préoccupée par l’effet catastrophique qu’aura l’imposition en 2018 de droits compensateurs et antidumping à 18 usines de papier journal au Canada, dont 10 au Québec.
Rappelons que le 9 août dernier, Norpac, un producteur américain de papier journal dans l’État de Washington, a déposé une plainte au ministère américain du Commerce (DOC) selon laquelle l’industrie canadienne bénéficie de subventions. D’après Norpac, il s’agit là de concurrence déloyale qui permet au Canada de vendre son papier journal à un prix très bas aux États-Unis.
Pour le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (CSN), Mathieu Lafleur, la nouvelle imposition est toute aussi inquiétante pour l’industrie forestière québécoise que les droits imposés à l’industrie du bois d’œuvre et au papier surcalandré. « La dernière plainte, qui porte cette fois non pas sur le bois d’œuvre, mais sur le papier journal, constitue une attaque supplémentaire qui doit être fermement dénoncée, tout comme les nouveaux droits compensatoires imposés par les États-Unis, qui sont complètement déraisonnables et insensés », affirme-t-il.
Dans cette optique, l’annonce du gouvernement sur l’élargissement du mandat de négociation donné au négociateur pour le Québec dans le dossier du bois d’œuvre, Raymond Chrétien, afin d’ajouter le papier journal au débat sur le bois d’œuvre et le papier surcalandré, est pour Mathieu Lafleur une bonne nouvelle. « La tendance que prend le ministère américain du Commerce d’imposer rapidement des droits, et ce à chaque fois qu’il y a une plainte, n’annonce rien de bon et doit absolument être soulevée par le gouvernement canadien dans ses discussions actuelles avec son homologue américain », poursuit-il.
Mathieu Lafleur invite tous les acteurs de l’industrie forestière du Québec à pousser dans le même sens pour protéger l’industrie du papier, très fragilisée par la transformation des moyens de communication et par les changements technologiques. « Nous devons continuer à défendre et à promouvoir le secteur du bois et du papier au Québec et faire front commun pour se prémunir contre les offensives irresponsables des Américains à notre endroit. Québec et Ottawa doivent également investir les ressources nécessaires pour le développement de nouveaux créneaux de production. On ne pourra pas passer à côté », conclut le président de la FIM-CSN.

 

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket