Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Des milliards de profits, des miettes pour les salarié-es

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

À la suite d’un vote d’une banque de cinq jours de grève adoptée le 5 juin dernier,…
Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es en grève de la Commission des droits de la personne et des droits de…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Caisses Desjardins

Action de mobilisation devant la Caisse populaire de Rouyn-Noranda

Des milliards de profits, des miettes pour les salarié-es

La négociation des 1 800 employé-es de Desjardins membres de la Fédération du commerce (FC–CSN) demeure complexe même si la partie patronale a démontré une timide ouverture au cours des dernières semaines.

Une quinzaine d’unités syndicales sont actuellement en négociation et cinq autres s’ajouteront à ce nombre en janvier 2019. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une négociation coordonnée, ces différentes unités ont plusieurs objectifs communs.

Déjà, le comité de négociation du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de la Caisse populaire de Rouyn-Noranda, bien appuyé par les membres, a tracé la voie pour leurs collègues des autres régions. Devant la lenteur des négociations, les membres ont déclenché une grève de 24 heures le 22 novembre dernier.

La direction est disposée à discuter de l’épineux dossier de l’évaluation du rendement. Présentement, le montant de l’augmentation salariale est lié à la performance de l’employé-e. Or l’évaluation du personnel est partiellement subjective, ce qui fait en sorte que Desjardins peut refuser une augmentation salariale à une personne, simplement parce qu’elle n’a pas un assez beau sourire ou une poignée de main suffisamment franche.

« C’est une situation grotesque et Desjardins utilise ces critères subjectifs pour réduire sa masse salariale. C’est un point important de la négociation et l’équipe de Rouyn-Noranda a réussi à ouvrir la discussion avec la direction de Desjardins à ce sujet, ce qui est déjà énorme », précise David Bergeron-Cyr, président de la FC–CSN.

Le salarial
La négociation de l’aspect salarial s’annonce ardue. La direction dit vouloir « harmoniser » les conditions de travail de ses employé-es, qu’ils soient syndiqués ou non. Des représentants à plusieurs tables de négociation voient l’employeur demander des reculs aux salarié-es.

« Harmoniser est le mot politiquement correct pour niveler vers le bas. Desjardins n’est guère mieux que certaines multinationales américaines qui priorisent le rendement et les profits au mépris des travailleuses et des travailleurs. La compagnie fait des milliards de profits, mais propose des miettes à ses employé-es en augmentation salariale », ajoute M. Bergeron-Cyr.

Le début de l’année 2019 s’annonce donc chaud pour les syndiqués de Desjardins qui sont gonflés à bloc et bien décidés à se faire respecter.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket