Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Deux ans de réforme Barrette : tout ça pour ça?

Du même SUJET

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…
Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Trois ans après avoir rejoint les rangs de la CSN, les employé-es de la municipalité de…
Faire du réseau un employeur de choix ? Oui et ça presse !

Faire du réseau un employeur de choix ? Oui et ça presse !

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accueille avec ouverture le plan présenté mardi par le ministre…
Budget provincial  : un budget électoraliste et des mesures non ciblées

Budget provincial : un budget électoraliste et des mesures non ciblées

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) déplore que le budget 2022-2023 du gouvernement provincial, présenté aujourd’hui par…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Fusions d'établissement

Photo : Michel Giroux
Photo : Michel Giroux

Deux ans de réforme Barrette : tout ça pour ça?

Le 1er avril, la première des réformes lancées par Gaétan Barrette a eu deux ans. Dans chaque région du Québec, l’ensemble des établissements de santé et de services sociaux, toutes missions confondues, a été fusionné en un seul méga-établissement par région, sauf exception.

Pour les citoyennes et les citoyens, c’est la perte de lieux où ils pouvaient intervenir, faire entendre leur voix. Le ministre s’est arrogé tous les pouvoirs dans le cadre de cette réforme et de celles qui ont suivi. Trois nouveaux projets de loi actuellement à l’étude ont pour effet de renforcer encore davantage ces pouvoirs. Contrairement aux promesses, aucune amélioration des services ne s’est matérialisée. Il devient même plus difficile de s’y retrouver alors que sont amalgamés le volet médical, les services sociaux, la prévention, les soins à domicile, les services à la jeunesse, la réadaptation, etc.

Et contrairement aux promesses, l’autonomie professionnelle des salariés-es n’est pas valorisée davantage sur le terrain. Le règlement des problèmes s’avère plus difficile, les gestionnaires locaux n’ayant  plus de véritable pouvoir. Tout doit passer par la mégastructure régionale. Les conseils d’administration sont quant à eux bâillonnés et ne disposent plus d’autonomie. En juin dernier, le président du c.a. du CIUSSS de l’Est-de-Montréal, Jean Landry, démissionnait au motif que «le modèle de gouvernance retenu par le Ministère pour les CIUSSS ne permet pas au conseil d’administration d’exercer son rôle et d’avoir une valeur ajoutée signifiante.»

À la même époque,  un groupe d’experts en santé publiait une lettre ouverte dénonçant «la centralisation à outrance, l’ingérence dans les décisions d’instances réputées autonomes et la concentration [des pouvoirs] entre les mains d’une seule personne», fruit de la réforme Barrette. L’omerta imposée aux gestionnaires, administrateurs et employé-es du réseau a aussi été largement décriée. Et pour couper court à toute critique, le ministre a même aboli le Commissaire à la santé et au bien-être, organisme pourtant mis en place par Philippe Couillard en 2005 pour évaluer la performance et la qualité du réseau!

Profitant de cette réforme, le gouvernement a par ailleurs ouvert la porte à la privatisation et à la sous-traitance de nombreux services de soutien. Aussi, les CLSC sont vidés de nombreuses ressources professionnelles au profit des Groupes de médecine de famille. Mais les patients dont le dossier est plus lourd et qui n’ont souvent pas trouvé de médecin de famille – justement parce qu’ils souffrent de plusieurs affections – demeurent au CLSC dans un contexte de réduction des ressources. Forcément, le personnel sera de moins en moins capable d’assurer des services de qualité. Le gouvernement planifie également l’ouverture de mégacliniques privées. Au fond, l’objectif final semble être de recréer des CLSC, mais cette fois au sein d’organismes à but lucratif, gérés exclusivement par les médecins!

Le gouvernement mise également de plus en plus sur des ressources communautaires ou privées, pour dispenser les soins à domicile. Malgré l’ajout de ressources dans les CHSLD, le manque de places demeure criant et met tout le système sous pression en plus de favoriser le développement de l’offre dans le secteur privé.

Bref, depuis son arrivée, le ministre Barrette  a, par ses réformes, dangereusement fragilisé le système de santé et de services sociaux. Et les politiques d’austérité du gouvernement Couillard ont rendu la situation encore plus intenable. Austérité qui, ceci dit, n’a pas atteint tout le monde… À preuve, les  hausses de rémunération mirobolantes négociées par le ministre Barrette avec les fédérations médicales et qui mettent à mal, elles aussi,  la pérennité du réseau.

Jean Lacharité, vice-président de la CSN

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket