Entente de principe adoptée au Manoir Normandie

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Une première entente dans un centre d’hébergement privé au Bas-Saint-Laurent

Une première entente dans un centre d’hébergement privé au Bas-Saint-Laurent

Le 30 janvier 2023, les membres du Syndicat du personnel des centres d’hébergement et des institutions…
L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Les services de l’aide juridique dispensés au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Iles-de-la-Madeleine pourraient à nouveau…
Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Une véritable crise se profile, dans l’ombre

Les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) et le personnel de bureau d’Urgences-santé œuvrent dans l’ombre…
Les employé-es de soutien du réseau collégial unis pour l’amélioration de conditions de travail

Les employé-es de soutien du réseau collégial unis pour l’amélioration de conditions de travail

C’est de façon concertée que les organisations syndicales représentant les 12 000 employé-es de soutien du…
Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Première entente de principe pour les centres d’hébergement privés

Les membres du Syndicat régional des travailleuses et travailleurs des centres d’hébergement du Centre-du-Québec–CSN ont accepté…
Grève générale dans les centres de communication santé

Grève générale dans les centres de communication santé

Les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) ainsi que le personnel administratif d’Urgences-santé seront en grève…

Négociations coordonnées en centres d’hébergement privés

Entente de principe adoptée au Manoir Normandie

La trentaine de travailleuses et de travailleurs du Manoir Normandie, un centre hébergeant 75 personnes âgées en perte d’autonomie à Rimouski, ont voté unanimement en faveur d’une entente de principe intervenue le 5 novembre avec leur employeur. Une fois signée, la nouvelle convention collective sera en vigueur jusqu’au 31 mars 2021.

« C’est une très bonne nouvelle pour l’ensemble de nos membres qui obtiennent des avantages à plus d’un titre », affirme Matinée Aubé, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Résidences d’hébergement Rimouski-Neigette–CSN. « Ils ont été plus que patients alors qu’ils ont dû composer, en 2015, avec une prolongation de leur convention après une faillite et une reprise de finance. »

Parmi les gains obtenus, mentionnons l’atteinte de la plateforme salariale de la FSSS–CSN qui comprend une hausse rétroactive au 1er avril 2018 totalisant 1,75 $ l’heure pour les trois années de la convention, en plus des hausses possibles du salaire minimum. En outre, les salarié-es obtiennent une cinquième semaine de vacances après 20 ans de services.

Autres gains : les heures travaillées en sus de la journée ou de la semaine de 40 heures seront rémunérées à un taux horaire majoré de 50 %. Le personnel de nuit se voit octroyer une nouvelle prime horaire. De plus, des congés sociaux rémunérés en cas de décès sont octroyés à l’ensemble du personnel.

« Le fait d’avoir obtenu une date de fin de convention collective commune avec plusieurs autres centres d’hébergement syndiqués à la CSN constitue une avancée indéniable qui va collectivement nous permettre de préparer la prochaine ronde de négociation coordonnée de 2021 », fait valoir Gilles Gagné, représentant du secteur des centres d’hébergement privés à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN). « C’est de cette façon que l’on pourra accroître notre rapport de force collective et ainsi nous assurer d’obtenir, pour l’ensemble du secteur de l’hébergement privé, des gains significatifs et uniformes, peu importe la région. »

Pour Nancy Legendre, présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent : « Cette entente représente des gains réels pour tous les syndiqué-es de la Résidence Normandie, surtout pour la majorité du personnel constitué de femmes sous-payées, alors que leur apport aux bien-être des personnes âgées hébergées, en perte d’autonomie ou non, n’est pas reconnu à sa juste valeur. Nous allons continuer à promouvoir et surtout à revendiquer des améliorations qui permettront au personnel d’acquérir une réelle reconnaissance professionnelle et sociale. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket