CPE Multi-Garde et Aux royaumes des bouts-choux de Saint-Lin et Saint-Calixte

18 décembre 2018

Entente de principe pour le renouvellement de leur convention collective

Les parties ont repris les négociations les 28 novembre et 11 décembre avec des pistes de solutions éclairées et en sont arrivées à un règlement des deux conventions collectives.

Réunis en assemblée générale le 12 décembre dernier, les travailleuses et travailleurs du CPE Multi-Gardes de Saint-Lin ont adopté à 78 % les modalités permettant le renouvellement de leur convention collective. Réunies en assemblée générale le lendemain, les travailleuses du CPE Aux royaumes des Bouts-Choux ont quant à elle adopté à l’unanimité l’entente de principe permettant le renouvellement de leur contrat de travail.

Malgré qu’au printemps de cette année une entente soit intervenue avec le gouvernement et le ministère de la Famille sur les conditions de travail salariales, le modèle de négociation du secteur de la petite enfance permet aussi aux parties d’adresser localement des demandes de négociation. Jusqu’à ce que les parties se soient entendues sur tous les paliers de négociation, la convention collective ne peut être signée et les travailleuses ne peuvent bénéficier des avantages négociés dont, notamment, les augmentations salariales convenues et la rétroactivité de celles-ci.

Rappelons que les conventions collectives étaient échues depuis plus de 3 ans et que les négociations du Centre de la petite enfance Multi-Gardes et Aux Royaumes des Bouts-Choux achoppaient notamment du fait que l’employeur persistait à imposer des reculs des conditions de travail en lien avec des allégations de supposées difficultés financières. Il ne va pas sans dire également que depuis 2016, les coupes effectuées par le gouvernement libéral sortant ont grandement fragilisé le réseau québécois des CPE.

Rappelons également qu’en mai dernier, il aura fallu plus d’une semaine de grève générale illimitée et un « blitz » de négociation continu de plus de 32 heures pour que les dirigeants du CPE Multi-Garde acceptent de se soumettre à une démarche de transparence économique permettant l’analyse de la gestion du Centre de la petite enfance et ses états financiers par une firme comptable externe et indépendante. D’emblée, la direction du CPE Aux Royaumes des Bouts-Choux avait quant à elle accepté de se soumettre à une telle démarche en vue de dénouer l’impasse à la table de négociation.

Cette démarche, totalement confidentielle, aura permis à la firme comptable d’identifier des mesures à prendre pour redresser la situation financière des deux CPE et assurer leur pérennité économique. Ainsi, les parties ont pu reprendre les négociations les 28 novembre et 11 décembre avec des pistes de solutions éclairées et en arriver ultimement à un règlement des deux conventions collectives.

« Aucune concession majeure des conditions de travail actuelles de nos membres n’aura été nécessaire. Les analyses financières nous ont permis d’exiger des employeurs de prendre des mesures concrètes pour assainir l’état des finances des installations et éviter de faire porter le poids de leur choix de gestion parfois questionnable uniquement sur le dos des syndiquées » déclare Lili Tremblay, présidente du Syndicat des travailleuses en service de garde de Lanaudière–CSN.

« On assiste encore à la démonstration qu’il est trop facile pour les employeurs de revendiquer des reculs des conditions de travail sous le couvert de difficultés financières en refusant toute forme de transparence économique. Il est dommage que les syndiquées du CPE Multi-Garde aient été forcées de déclencher une grève pour obtenir cette transparence économique. La CSN finance a 100 % les frais de l’analyse financière et comme chaque fois que ces difficultés s’avèrent véridiques et que les parties s’entendent pour faire des efforts, elles sortent systématiquement gagnantes toutes deux de la démarche » souligne Francine Ranger, présidente du Conseil Central de Lanaudière–CSN.

Rappelons que la partie syndicale n’avait aucune demande dans cette ronde de négociation locale. Seule la direction du CPE avait formulé des demandes. Des demandes de reculs des conditions de travail des syndiquées, principalement à l’égard du temps de travail, ce qui représentait des pertes financières importantes pour les travailleuses.

À ce jour, dans la région de Lanaudière, seul le CPE Aux Portes du Matin à Lanoraie et Lavaltrie n’a pu en arriver à une entente. Les négociations reprendront en début d’année 2019.

← Précédent Une délégation FIM-CSN rencontre les dirigeants de Demix à Toronto 18 décembre 2018
Suivant → Nouveau contrat de travail pour les employées syndiquées du service radiologique de Joliette 18 décembre 2018
Partager
Région
  • Lanaudière
Source
Conseil central de Lanaudière (CCL–CSN)
Pour information
Martin Bourgeois
Conseiller syndical SAMVR-CSN Conseil central de Lanaudière – CSN 450 759-0762

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/entente-de-principe-pour-le-renouvellement-de-leur-convention-collective/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.