Trois ans de réforme Barrette

3 avril 2018

Un échec sur toute la ligne

La réforme Barrette fêtera son troisième anniversaire dimanche prochain. Loin d’avoir le coeur à la fête, la CSN remarque les nombreuses difficultés de cette réforme, aussi bien pour le personnel que pour la population de l’Estrie.

La réforme Barrette fêtera son troisième anniversaire dimanche prochain. Loin d’avoir le coeur à la fête, la CSN remarque les nombreuses difficultés de cette réforme, aussi bien pour le personnel que pour la population de l’Estrie.

Le 1er avril 2018, la réforme Barrette aura trois ans. Adopté sous le bâillon, le projet de loi 10 était la pierre angulaire de la réforme du ministre de la Santé et des Services sociaux. Le Syndicat du personnel administratif du CIUSSS de l’Estrie – CHUS – CSN (SPACEC-CSN) considère que l’heure est venue de faire le bilan de cette réforme.

« Le gouvernement libéral est présentement en campagne préélectorale et multiplie ses annonces d’investissements à gauche et à droite, mais les nombreuses coupures, notamment au niveau de la santé et des services sociaux, effectuées durant leur dernier mandat, passent malheureusement sous silence. Nombreux sont les intervenants qui ont crié haut et fort la surcharge de travail, le ministre Gaétan Barrette a fait la sourde oreille à bien des égards et a toujours riposté en promettant un médecin de famille à tout un chacun, tout ça pour faire passer la pilule » déclare M. Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie – CSN (CCSNE-CSN).

Cette réforme a entraîné un chaos informatique dans la région, en plus d’entraîner une surcharge de travail et une désorganisation importante du travail du personnel de bureau et de l’administration. La communication est particulièrement déficiente dans cette mégastructure, ce qui complexifie davantage le travail du personnel. Et à cette réforme se sont ajoutés des millions de dollars qui ont été coupés dans les budgets de la région et qui entraînent des pertes de services. Une étude de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) chiffre d’ailleurs le manque à gagner pour les établissements du réseau entre 5 et 7 milliards de dollars, affirme Mme Stéphanie Vachon, vice-présidente régionale de la Fédération de la santé et des services sociaux – CSN (FSSS-CSN).

« Le ministre Barrette nous disait lors de l’adoption du projet de loi 10 que nous pourrions juger de sa réforme à la veille des prochaines élections. Nous y voilà. Et ce qui est clair, c’est que cette réforme est un cauchemar pour le personnel de l’Estrie. Elle mène à une surcharge importante et à un essoufflement comme je n’en ai jamais vu dans la région. Cette réforme est venue désorganiser totalement l’ensemble des anciens établissements de la région. Il est grand temps que le gouvernement en prenne acte et annonce des changements importants pour donner de l’oxygène au personnel », explique madame Vicky Ouellet, présidente du Syndicat du personnel administratif du CIUSSS de l’Estrie – CHUS – CSN (SPACEC-CSN).

Le Syndicat du personnel administratif du CIUSSS de l’Estrie – CHUS – CSN (SPACEC-CSN) compte environ 2300 membres il est affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) à la FSSS et au CCSNE.

← Précédent Manque d'ambition pour lutter contre les paradis fiscaux 29 mars 2018
Suivant → Un bien petit baume qui ne répond pas à l’ampleur de la détresse du personnel 3 avril 2018
Partager
Région
  • Estrie
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Hubert Forcier
514-209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/estrie-3-ans-apres-la-reforme-la-demonstration-de-son-echec-est-faite/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.