Presse écrite

7 octobre 2019

Groupe Capitales Médias : Une occasion à saisir pour les communautés locales

Les employé-es des six quotidiens du Groupe Capitales Médias (GCM) lancent une importante campagne coordonnée visant à mobiliser les communautés pour la relance de leur quotidien local. Sur la thématique « Je coopère pour mon journal », les entreprises, les organisations, les leaders locaux ainsi que les citoyennes et les citoyens sont invités à contribuer au démarrage de coopératives de solidarité pour chacun des journaux.

Protéger un bien public
« Les dernières semaines nous ont permis de constater à quel point nos communautés tiennent à leurs journaux locaux. Tout le monde comprend que ce qui est actuellement en jeu, c’est la survie d’une couverture professionnelle et indépendante de leur réalité politique, économique et culturelle. Nos communautés sont inquiètes de voir leurs enjeux passer sous le radar du débat public. Elles n’ont pas tort, l’information régionale fait face à de l’adversité, mais nous souhaitons lancer un message positif et transformer la situation actuelle en opportunité. Nous avons une réelle possibilité de nous mobiliser collectivement et de nous assurer de la survie de nos journaux », explique Louis Tremblay, du journal Le Quotidien et porte-parole du comité provisoire chargé de développer le projet.

Une campagne intensive
Pilotée par les membres de ce comité provisoire, composé de représentants de chacun des journaux, la campagne « Je coopère pour mon journal » se déploiera dès cette semaine. Les personnes, organisations et entreprises qui le souhaitent pourront contribuer via la plateforme web coopmonjournal.com ou lors de sollicitations officielles qui se dérouleront dans les régions où sont implantés les journaux.

« Ce qu’on demande à nos communautés respectives, c’est d’abord de signer des lettres d’engagement comportant des montants de contribution volontaire pour le démarrage de la coopérative de leur journal. Notre objectif est de déposer une offre de reprise cohérente, soutenue par un plan d’affaires viable sur un horizon de cinq ans. D’ailleurs, des experts comptables travaillent actuellement sur cet aspect du projet. Malgré le contexte difficile et le temps qui presse, nous sommes emballés devant la perspective d’offrir aux communautés concernées la possibilité de participer avec nous à une reprise collective des journaux par la création de coopératives. C’est novateur comme approche et pour un milieu qui est en crise, c’est aussi une lueur d’espoir pour l’avenir. Pour y arriver, nos régions doivent se serrer les coudes et nous sommes persuadés qu’elles seront au rendez-vous », commente Louis Tremblay.

Rappelons que les parties intéressées à reprendre les journaux ont jusqu’au 25 octobre pour déposer une offre.

Le comité provisoire représente tous les employés, syndiqués et non syndiqués. Il est composé de sept représentants, soit Louis Tremblay (Le Quotidien), Jérôme Savary (La Voix de l’Est), Louis Ménard (Le Nouvelliste), Jean-François Néron (Le Soleil), Patrick Duquette (Le Droit), Isabelle Pion (La Tribune) et Gilles Carignan (cadres GCM). Le comité provisoire est soutenu par le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité, ainsi que par la Fédération nationale des communications – CSN.

← Précédent Les jeunes enseignantes et enseignants : l’avenir de la profession 7 octobre 2019
Suivant → Le CCQCA appuie la coopérative du Soleil 9 octobre 2019
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
514 377-6985

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/groupe-capitale-medias-une-occasion-a-saisir-pour-les-communautes-locales/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.