Position de l'OIIQ sur la prestation sécuritaire des soins infirmiers

25 mars 2015

Il est temps de prioriser les besoins cliniques de la population

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) réagit à la position de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) sur la prestation sécuritaire des soins infirmiers. Dévoilée aujourd'hui, il s'agit d'une position permettant de prioriser les besoins cliniques de la population dans le réseau de santé et de services sociaux.

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) réagit à la position de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) sur la prestation sécuritaire des soins infirmiers. Dévoilée aujourd’hui, il s’agit d’une position permettant de prioriser les besoins cliniques de la population dans le réseau de santé et de services sociaux. La FSSS fait la promotion d’un mode de gestion qui place les besoins des patientes et patients au centre de ses préoccupations.

Les compressions budgétaires des dernières années ont transformé fortement la pratique des infirmières et infirmiers, en alourdissant progressivement leur charge de travail. La FSSS-CSN a dénoncé à plusieurs reprises les impacts que ces coupes ont sur la pratique professionnelle et sur les soins donnés à la population. Avec sa proposition, l’OIIQ a notamment le mérite de rappeler que l’on doit viser à utiliser les compétences des infirmières de façon optimale, ce qui permettrait d’améliorer la prestation des soins à la population.

« Réfléchir à une prestation sécuritaire des soins infirmiers, c’est placer les besoins des usagères et usagers au centre de nos préoccupations, le tout dans un contexte où les compressions budgétaires rendent de plus en plus difficile le travail des infirmières et infirmiers. Nous devons absolument nous mettre en mode solution pour améliorer les conditions de travail des infirmières et ainsi leur permettre de mieux soigner la population », explique Nadine Lambert, infirmière et vice-présidente à la FSSS-CSN.

Depuis plusieurs années, la FSSS fait la promotion d’un mode de gestion qui priorise les besoins cliniques des usagères et usagers. Il s’agit d’ailleurs d’une des solutions qui ressortait du Deuxième rendez-vous sur l’avenir du système public de santé et de services sociaux. En ce sens, il est important de tenir compte de la complexité des besoins des usagères et usagers et de donner aux professionnel-les en soins les moyens nécessaires pour bien soigner la population.

« Il faut absolument nous donner les moyens de répondre aux besoins de la population. Cela passe notamment par une augmentation du nombre de professionnel-les en soins dans les équipes de soins et par des travaux pour mieux utiliser leurs compétences. Ce ne sont pas des facteurs économiques qui doivent dicter notre pratique professionnelle, mais bien des facteurs cliniques. Nous poursuivrons les discussions avec le ministère afin de nous assurer que des solutions soient mises en place », de conclure Nadine Lambert.

À propos de la FSSS-CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte près de 130 000 membres dans les secteurs public et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

← Précédent Les syndiqué-es de SSQauto rejettent les dernières offres 25 mars 2015
Suivant → Participez! 25 mars 2015
Partager
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN)
Pour information
Hubert Forcier
Conseiller syndical à l'
information
FSSS-CSN 514 209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/il-est-temps-de-prioriser-les-besoins-cliniques-de-la-population/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.