Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Il faut stopper l’accessibilité à deux vitesses

Du même SUJET

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Article 108 de la Loi sur la santé et les services sociaux

Il faut stopper l’accessibilité à deux vitesses

Les syndicats des centres d’hébergement privés pour aîné-es affiliés à la FSSS-CSN s’inquiètent sérieusement du recours grandissant à une forme de contrat atypique dans le réseau d’hébergement pour personnes âgées. Ce contrat force les aîné-es à débourser plusieurs centaines de dollars de plus par mois pour bénéficier de services auparavant offerts par l’État.

Les CSSS penchent de plus en plus vers l’achat de ressources intermédiaires dans les centres d’hébergement privés en se basant sur l’article 108 de la Loi sur la santé et les services sociaux, plutôt que de recourir à des CHSLD publics. Cette façon de faire permise par la Loi donne à l’État la possibilité d’économiser des sommes considérables en refilant une grande partie de la facture aux personnes les plus vulnérables. « Dans certains de nos centres, comme au Manoir Sherbrooke, les aîné-es hébergés en vertu de ces contrats doivent payer plus de 500 $ », déplore la représentante du secteur, Danielle Lemire.

Désengagement de l’État

« Tout en fermant les yeux sur les conditions de travail des employé-es, le gouvernement permet une mesure qui appauvrit les aîné-es. Pourtant, nous lui demandons depuis plus de deux ans de créer une table de travail entre les différents intervenants du secteur pour discuter des façons d’améliorer les conditions de travail et de vie des résidents dans ces centres. Quand va-t-il faire écho à cette nécessité ? » questionne le vice-président des secteurs privés de la FSSS-CSN, Dany Lacasse.

L’article 108 instaure en outre une accessibilité à deux vitesses, en fonction des personnes qui ont les moyens de payer la somme supplémentaire et celles qui n’ont pas ces moyens. « Il faut que des mesures soient prises pour empêcher cette situation. L’État doit cesser de se désengager sur le dos des résidents et des travailleurs de ces centres », conclut Dany Lacasse.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket