La CSN-Construction réclame la tenue d’une consultation de l’ensemble des travailleuses et travailleurs du Québec

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Santé et services sociaux : quelles portes la CAQ ouvrira-t-elle ?

Santé et services sociaux : quelles portes la CAQ ouvrira-t-elle ?

Des travailleuses et travailleurs membres de syndicats CSN des secteurs public et privé se sont donné…
Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales représentant plus de 200 000 travailleuses et travailleurs en santé et services sociaux réagissent d’une…
Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Trente organisations communautaires et syndicales se rassemblent, appuyées par de nombreux groupes et individus des milieux…
Les personnes qui font tourner le Québec veulent être entendues

Les personnes qui font tourner le Québec veulent être entendues

Au Conseil des ministres présenté aujourd’hui, composé de nouveaux visages comme de vétérans et qui aurait…
Baisses d’impôts : le chant des sirènes

Baisses d’impôts : le chant des sirènes

Lettre ouverte de Caroline Senneville, présidente de la CSN Chaque campagne électorale apporte son lot de…
La CSN s’inquiète que d’éventuelles baisses d’impôts soient faites sur le dos des jeunes

La CSN s’inquiète que d’éventuelles baisses d’impôts soient faites sur le dos des jeunes

En pleine rentrée et à la veille du déclenchement officiel de la campagne électorale québécoise, la…

Mobilité de main-d’œuvre

2019-08-13_construction_CSN

La CSN-Construction réclame la tenue d’une consultation de l’ensemble des travailleuses et travailleurs du Québec

À la suite de la décision du Tribunal administratif du travail (TAT) relative à la mobilité des salarié-es dans l’industrie de la construction, la CSN-Construction tient à rappeler sa position historique en faveur de la priorité d’embauche sur une base régionale afin de protéger les emplois en région, et réclame du même souffle une consultation de l’ensemble des 191 000 travailleuses et des travailleurs de l’industrie sur cet enjeu névralgique en vue des négociations de 2021.

« La décision qui vient d’être rendue par le juge Gagnon rend inconstitutionnels les articles de loi priorisant l’embauche régionale et renvoie les parties négocier les clauses de mobilité de la main-d’œuvre dans leurs conventions collectives », a déclaré Pierre Brassard, président de la CSN-Construction. « Nous devons convoquer dès maintenant l’ensemble des 191 000 travailleuses et travailleurs de l’industrie de la construction, toutes allégeances syndicales confondues, afin de connaître leur point de vue sur cet enjeu crucial et négocier en conséquence. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre l’issue d’une éventuelle contestation judiciaire, dont la décision nous reporterait aux calendes grecques, avant d’agir », a-t-il poursuivi.

« En tant que représentants des travailleuses et travailleurs de la construction, il est de notre devoir de consulter les 191 000 travailleuses et travailleurs de l’industrie de la construction par rapport au mandat qu’ils souhaitent donner à leurs comités de négociation en vue du renouvellement des conventions collectives provinciales d’ici 2021. S’il faut louer le Stade olympique ou le Centre Vidéotron pour réunir et consulter l’ensemble des travailleuses et travailleurs de la construction, on le fera. Mais le temps presse et on ne peut pas attendre à la veille du renouvellement des conventions collectives pour agir », a conclu M. Brassard.

La CSN-Construction rappelle cependant qu’en dépit de l’application éventuelle du jugement quant à la mobilité des salarié-es, l’obligation, pour l’employeur, d’appliquer les clauses des conventions collectives concernant la mobilité de la main-d’œuvre demeurent.

Rappelons que la décision rendue par le juge Gagnon le 9 août dernier déclare invalides et inopérants les articles 35 et 38 du Règlement sur I’embauche et la mobilité des salariés dans I’industrie de la construction. Le juge Gagnon renvoie aux parties l’obligation de négocier l’encadrement des clauses de mobilités de main-d’œuvre dans les conventions collectives de l’industrie de la construction.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket